Nancy : décès d'Inès, adolescente en état végétatif, après l'arrêt des soins

Henri Michaux
Juin 23, 2018

L'appareil respiratoire qui maintient en vie Inès, une adolescente de 14 ans dans le coma depuis un an à l'hôpital des enfants de Nancy, a été arrêté mardi, rapportent nos confrères de L'Est Républicain. Ils avaient saisi la justice pour la maintenir en vie, jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui avait validé en janvier l'arrêt des soins.

"Inès est décédée un peu avant midi", a indiqué Bernard-Marie Dupont, l'avocat de ses parents, qui contestaient l'arrêt des traitements.

La mère et le père d'Inès avaient purgé tous les recours juridiques pour tenter de poursuivre les soins sur leur fille malade. "Les parents étaient déterminés, ils voulaient absolument y croire jusqu'au bout", a souligné Me Frédéric Berna, qui les avait accompagnés dans les premières étapes de la procédure judiciaire. Les experts concordants ont estimé qu'une obstination serait déraisonnable.

Canada: les députés votent le projet de loi de légalisation du cannabis
Le gouvernement fédéral a fait la sourde oreille aux provinces, en particulier au Québec et au Manitoba. Le Sénat a donné le feu vert, mardi soir, au projet de loi C-45 sur la légalisation du cannabis.

Le Real Madrid à fond sur cet international mexicain — Mercato
Arrivé au club en 2004, l'international Français des moins de 20 ans compterait aller voir ailleurs pour avoir davantage de temps de jeu.

Aux États-Unis, les iPhone géolocaliseront automatiquement les appels d'urgence
L'annonce ne précise pas dans quelle mesure cette technologie sera adaptée en fonction des pays dans lesquels seront vendus les mobiles sous iOS 12 .

Les médecins "ont appliqué une décision de justice, mais c'est une situation horrible", a ajouté Me Dupont. Sa détresse est extrêmement importante: "elle avait l'impression qu'on voulait tuer sa fille", a-t-il ajouté.

Dans une affaire similaire et toujours en cours, les parents, un frère et une soeur de Vincent Lambert, en état végétatif depuis 2008, s'opposent à l'arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielle accepté par son épouseres.

Ils ont contesté la quatrième procédure d'arrêt des soins décidée de façon collégiale par l'hôpital de Reims (nord-est) le 9 avril.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL