En Turquie, une nouvelle purge avant l'investiture du président Erdogan

Aubin Brasseur
Juillet 8, 2018

Les médias turcs affirment que ce régime d'exception sera levé lundi après la prestation de serment du président Recep Tayyip Erdogan réélu le 24 juin pour un nouveau mandat, et dont la levée de l'état d'urgence était l'une des promesses de campagne.

"Depuis la tentative de coup d'État [manqué contre Erdogan], le gouvernement a viré plus de 125000 personnes, a introduit l'état d'urgence et a pris des mesures drastiques contre les médias et l'opposition", résume la BBC après la nouvelle purge ordonnée par Recep Tayyip Erdogan.

Ce décret-loi est présenté comme le dernier à être promulgué sous l'état d'urgence instauré au lendemain du putsch manqué de juillet 2016 et sans cesse renouvelé depuis.

Parmi les 18632 fonctionnaires limogés à la suite d'un décret-loi paru dimanche, se trouvent 8998 policiers, 3077 soldats de l'armée de terre, 1949 de l'armée de l'air, 1126 de la marine, 1052 employés du ministère de la Justice, 649 gendarmes, 199 universitaires...

Au moins 57 morts à cause de pluies torrentielles — Japon
Les services de secours essayaient de sauver des habitants réfugiés sur les toits de leurs maisons en grande partie sous les eaux. Le gouvernement, qui a mis en place dimanche un " quartier général de gestion de la catastrophe ".

Naufrage en Thaïlande: un mort et plus de 50 disparus
Jeudi soir, les autorités avaient initialement déclaré que tous les passagers de ces bateaux avaient été secourus. Les recherches ne sont pas finies et des dizaines de touristes sont encore portés disparus.

Angleterre/Suède : Zlatan et Beckham se lancent un pari fou
Les deux pays s'affrontent ce samedi dans le cadre des quarts de finale de la Coupe du monde en Russie . Ce premier but mondial fera du bien au joueur de Tottenham, le seul critiqué après la Colombie.

"Les alliés occidentaux de la Turquie ont accusé le président Erdogan d'utiliser le putsch manqué de juillet 2016 comme une excuse pour sévir" contre ses opposants, rappelle le site d'information britannique.

Lundi marquera également l'entrée en vigueur d'un nouveau système présidentiel. Celui qui règne déjà sur la Turquie depuis 15 ans détiendra désormais l'ensemble des pouvoirs législatifs, le poste de Premier ministre étant supprimé, et pourra promulguer des décrets présidentiels.

Selon l'ONG Human Rights Joint Platform, 112.679 personnes en tout avaient été limogées au 20 mars 2018, dont plus de 8000 dans les forces armées, environ 33 000 parmi le personnel du ministère de l'Education et 31 000 au sein du ministère de l'Intérieur, dont 22 600 au sein de la Direction générale de la Sûreté. Le PKK est considéré comme une organisation terroriste par Ankara, mais aussi par l'UE et les États-Unis.

Le texte annonce par ailleurs que douze associations, trois journaux et une chaîne de télévision ont été fermés par ce même décret.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL