Rougeole : une jeune fille de 17 ans décède à Bordeaux

Henri Michaux
Juillet 8, 2018

Une jeune fille de 17 ans vient de succomber des suites de ce virus à Bordeaux. Il s'agit du 3 décès en lien avec cette maladie en France depuis novembre 2017. Seul le vaccin permet de limiter sa propagation.

La rougeole a fait une nouvelle victime. Né immunodéprimé, il a été "probablement contaminé par un proche non vacciné", selon l'agence Santé publique France. Il s'agit du troisième décès en Francedû à la rougeole, et du deuxième en Nouvelle-Aquitaine, après celui d'une femme de 32 ans au CHU de Poitiers en février...

Pour autant, "la Nouvelle-Aquitaine" n'est plus en phase d'épidémie avec moins de 10 cas déclarés par mois. C'est le troisième cas de décès à cause de la rougeole en France. "Près de 90% de ces cas n'étaient pas ou insuffisamment vaccinés (2 doses nécessaires)", souligne l'ARS.

Politique - Souad Abderrahim est devenue maire de Tunis
Dans la capitale, Ennahdha était arrivé en tête mais sans majorité absolue lors d'un scrutin marqué par une forte abstention. Une première d'autant plus marquante que Souad Abderrahim est la candidate du parti islamo-conservateur Ennahdha.

OL : le point mercato de Jean-Michel Aulas
Par ailleurs, le boss des Gones a aussi donné des nouvelles de Nabil Fekir (24 ans ). Ses joueurs, eux, sont partis en Suisse ce vendredi pour leur stage de pré-saison.

Andrés Manuel López Obrador, le président incorruptible du Mexique
" J'ai reçu un appel de Donald Trump et nous avons parlé durant une demi-heure". Ce lundi 2 juillet, il semblait de plus de plus en mesure de contrôler le Sénat.

Le pays a certes évité une épidémie comme celle qui avait touché 24 000 personnes entre 2008 et 2012, dont près de 15 000 en 2011.

Par ailleurs, l'ARS a rappelé, comme l'écrit Europe1, qu'il n'y a malheureusement pas de traitement pour remédier à cette maladie contagieuse.

" La rougeole n'est pas une maladie bénigne et peut entraîner des complications respiratoires (pneumopathies) et neurologiques (méningo-encéphalite) pouvant avoir des conséquences très graves", insiste l'ARS. L'objectif des autorités sanitaires est d'atteindre, comme le recommande l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 95 % de vaccination chez les personnes à risque. Or la couverture avec la seconde dose de vaccin, qui garantit l'immunité, varie en fonction des départements entre 62 et 88 %, indiquait Santé publique France en mars. Le gouvernement a donc choisi la voie réglementaire pour renforcer la couverture vaccinale.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL