Pas de retard pour sa mise en oeuvre — Plan pauvreté

Aubin Brasseur
Juillet 9, 2018

Mais ce ne sera finalement pas le cas, notamment à cause de la Coupe du monde.

Mercredi, la ministre des Solidarités Agnès Buzyn avait déclaré que "nous verrons si l'équipe de France est en demi-finale ou pas", en évoquant une question de "disponibilité" d'Emmanuel Macron, qui s'est engagé à aller en Russie soutenir les Bleus s'ils arrivaient à ce stade de la compétition.

Pour autant, ce report de la présentation n'entraînera pas un report de sa "mise en œuvre". Les communicants entourant le pouvoir ont effectivement déconseillé au gouvernement de faire ses annonces juste avant ou pendant le match décisif de l'équipe de France, si elle parvient en demi-finale, selon une source proche du dossier.

C'est un fait, les annonces qu'aurait pu faire le gouvernement en ce début juillet risquaient de perdre en visibilité alors que les Français se passionnent pour la Coupe du monde et que le chef de l'Etat souhaite se concentrer sur son discours devant le Parlement réuni en Congrès lundi 9 juillet.

Le président entend vraisemblablement calmer le jeu et occuper le terrain, après les critiques qui ont accompagné le report à la rentrée du plan pauvreté et du plan santé et hôpital.

F1 : suivez en direct le Grand Prix de Grande-Bretagne
Au Castellet, nous nous sommes déjà fait sortir, c'est la deuxième fois, cela nous coûte beaucoup de points au championnat . Nous devons travailler dur pour nous qualifier devant eux et verrouiller la première ligne.

Rougeole : une jeune fille de 17 ans décède à Bordeaux
Le pays a certes évité une épidémie comme celle qui avait touché 24 000 personnes entre 2008 et 2012, dont près de 15 000 en 2011. Né immunodéprimé, il a été " probablement contaminé par un proche non vacciné ", selon l'agence Santé publique France .

Theresa May a eu ses ministres "à l'usure" — Brexit
L'Union européenne, qui aimerait voir les discussions enfin progresser, doit désormais se prononcer sur ce plan. Mais à peine publié, ce projet suscitait toutefois déjà des réactions critiques du côté des eurosceptiques.

M. Griveaux a réaffirmé que le football n'était pas la raison du report du plan qui, souligne l'Elysée, nécessite de délicats arbitrages budgétaires. "Mais c'est sûr qu'on ne fait pas une annonce de cette ampleur un jour de foot", a pointé une source gouvernementale en plaidant pour donner à ce plan "une vraie exposition".

Parmi les arbitrages qui n'auraient pas été tranchés: la possible recentralisation du RSA, qui relève pour l'heure des départements, dont les élus ont provisoirement claqué la porte des discussions avec l'exécutif.

Mercredi matin, avant l'annonce du report, le Secours Catholique avait fait savoir qu'il attendait "un vrai choc de participation pour que les plus pauvres soient vraiment entendus et associés aux politiques publiques".

Toujours est-il que l'excuse invoquée des performances de l'équipe de France a fait bondir les représentants de l'opposition, toutes tendances confondues.

On se pince! " Il a promis ". sans blague, on s'en moque bien qu'il soit là bas ou pas. Sitôt élu, l'ISF a été supprimé. "Que je sache, la rentrée, c'est aussi l'été", a tenté en défense Gilles Le Gendre, porte-parole du groupe En Marche à l'Assemblée.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL