Emmanuel Macron appelle les alliés à "ne pas fragiliser" l'Otan

Vanessa Beaulieu
Juillet 12, 2018

Donald Trump a renouvelé jeudi ses critiques contre l'Allemagne et son exigence d'un doublement des dépenses consacrées à la Défense, au deuxième jour d'un sommet de l'Otan à Bruxelles. Le président du comité sénatorial des Affaires étrangères Bob Corker a notamment confié à la chaîne américaine qu'il craignait que Donald Trump ne soit en train de chercher à "démolir" l'Otan en "assénant à nos amis un coup sur le nez".

Emmanuel a encore affirmé que jamais M. Trump n'avait dit, au cours des réunions, "que les Etats-Unis pouvaient se retirer de l'Otan", contrairement à des rumeurs ayant couru dans la matinée.

Avant une rencontre bilatérale en marge du sommet avec le président américain, Angela Merkel a néanmoins rétorqué, sans le citer, que l'Allemagne prenait ses décisions de façon "indépendante". "Nous sommes des partenaires, nous sommes de bons partenaires et nous souhaitons continuer à coopérer à l'avenir", a-t-elle simplement commenté. La première journée du sommet de l'Otan, mercredi 11 juillet à Bruxelles, a donné un aperçu des stratégies de " coping", adoptées par les uns et les autres, pour maîtriser, réduire ou tolérer les imprécations du président américain, comparé par Robin Niblett, directeur du think tank britannique Chatham House, à un parrain mafieux extorquant des concessions commerciales en échange d'une protection.

Le locataire de la Maison Blanche s'en était pris mercredi frontalement à l'Allemagne, accusée d'être "prisonnière" de la Russie pour ses approvisionnements en énergie.

"Ils paient des milliards de dollars à la Russie et nous devons les défendre contre la Russie. Comment expliquer cela? Ce n'est pas juste", a-t-il encore asséné. L'attaque lui a permis d'enfoncer un coin dans l'unité des Européens, car ce dossier les divise.

Nord Stream 2 est ouvertement décrié par les voisins européens de la Russie, qui s'inquiètent d'une dangereuse dépendance, peut-être nuisible pour leur sécurité.

Johnny Depp suspecté d'avoir frappé un homme sur un tournage
Brooks était venu informer le réalisateur Brad Furman que la prochaine prise de Johnny Depp allait être la dernière de la soirée. Selon la plainte, l'interprète de Jack Sparrow aurait frappé le régisseur Gregg Brooks après l'avoir insulté.

Mondial 2018 - France-Belgique : les Belges mauvais perdants critiquent les Bleus
Le capitaine des Diables rouges a quand même félicité les Bleus au micro de TF1 , leur souhaitant même bonne chance pour la finale.

JetBlue : premier client pour les Airbus A220
Un peu plus tôt, au Québec, le Premier ministre, Philippe Couillard, avait concédé que "cela nous fait tous quelque chose". Les nouveaux avions du transporteur seront assemblés à Mobile, en Alabama, a précisé JetBlue dans un communiqué.

Mais M. Stoltenberg a confirmé que les Alliés souhaitaient avoir des éclaircissements sur les intentions de Donald Trump avant sa rencontre avec son homologue russe.

Le gaz russe représente en effet la moitié des 75 milliards d'euros dépensés par l'Union européenne pour ses importations gazières.

Emmanuel Macron a "appelé" selon l'Elysée les dirigeants des 28 autres Etats membres de l'Otan à "ne pas fragiliser l'Alliance", pendant le sommet qui s'est ouvert en début d'après-midi au siège de cette organisation à Bruxelles. Le président a écarté du revers de la main cette possibilité pendant sa conférence de presse.

Le sujet hérisse d'autant plus Washington, y compris le Congrès, que les Etats-Unis veulent conquérir de nouveaux marchés pour leur gaz naturel.

Les Européens appréhendaient une réunion difficile.

Toutes les décisions qui seront souscrites durant le sommet visent à renforcer la capacité de dissuasion de l'Alliance, selon Jens Stoltenberg.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL