Nissan avoue avoir falsifié des contrôles de pollution

Aubin Brasseur
Juillet 12, 2018

Nissan a expliqué que des rapports d'inspection étaient basés sur des mesures faussées et que des tests quant aux mesures d'émissions de gaz d'échappement et d'économie d'énergie n'ont pas été effectués conformément au protocole dans cinq de ses six usines au Japon.

Nissan sur les pas de Volkswagen, dans le mauvais sens, et c'est pour le moins un scandale. "Hormis le modèles GT-R", les voitures sont cependant en elles-mêmes conformes aux normes de sécurité japonaises et leurs émissions gazeuses correspondent aux spécifications du catalogue, "ce qui signifie qu'il n'y a pas d'erreurs dans les chiffres d'économie de carburant divulgués par Nissan".

Nissan a affirmé vouloir prendre les mesures qui s'imposent pour éviter que de tels manquements se reproduisent et a annoncé son intention de remplacer d'ici fin juillet son mécanisme de test. Le proverbe s'appliquera-t-il à Nissan alors que le constructeur japonais vient d'admettre, ce lundi, avoir falsifié des contrôles de pollution concernant les véhicules fabriqués au Japon?

Après ce constat, le constructeur japonais a dû rappeler en octobre dernier 1,2 million de véhicules, dont la totalité de ses voitures de tourisme produites au Japon au cours des trois dernières années.

L'action Nissan a perdu 4,6% à la Bourse de Tokyo pour tomber à un plus bas de plus d'un an. La tricherie toucherait toutefois 19 modèles vendus au Japon.

USA: le premier procès du Round Up démarre à San Francisco
Prouver cette relation de cause à effets, c'est tout l'enjeu du procès qui se tient en ce moment dans un tribunal de San Francisco, en Californie.

JetBlue : premier client pour les Airbus A220
Un peu plus tôt, au Québec, le Premier ministre, Philippe Couillard, avait concédé que "cela nous fait tous quelque chose". Les nouveaux avions du transporteur seront assemblés à Mobile, en Alabama, a précisé JetBlue dans un communiqué.

Les 13 rescapés de la grotte maintenant en sécurité!
Deux des huit ados sortis jusqu'à lundi sont sous antibiotiques , par crainte d'une pneumonie , et sont dans un " état normal ". Une véritable course contre la montre avait été lancée alors que de fortes pluies s'abattent sur la région.

Le constructeur a attribué ce manquement à une pénurie de personnel.

Dans certains cas, les tests sur les émissions polluantes des véhicules étaient réalisés à des vitesses, sur des durées et à des températures extérieures non conformes aux normes japonaises, tandis que le matériel de test n'était pas calibré correctement.

Le problème a été révélé, insiste Nissan, lors d'inspections pratiquées en interne.

Pour le moment, Nissan n'a pas précisé le nombre de véhicules concernés, ni la durée pendant laquelle ces méthodes non conformes ont été employées.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL