L'Europe désunie face à la surenchère de la Turquie

Henri Michaux
Mars 15, 2017

Ce meeting était organisé pour promouvoir le "oui" au référendum du 16 avril en Turquie, destiné à accroître les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. "Pourquoi n'agissez-vous pas? ", a lancé le président turc à la télévision.

"Merkel a jugé ces propos " aberrants ". Le parti Europe Ecologie les Verts a quant à lui affirmé que "la responsabilité de la France et de l'Union européenne devrait être de soutenir les mouvements progressistes et de dénoncer sans cesse la dérive autoritaire du régime, et ce malgré la campagne lancée par le gouvernement turc au-delà de ses frontières et partout où vit la communauté turque en Europe" [Le Figaro]. Tandis que la CSU bavaroise fait pression sur la chancelière pour que - je cite son porte-parole - "les conflits intérieurs turcs ne fassent pas l'objet d'exportation en Allemagne ", Sigmar Gabriel pour le SPD, appelle à la prudence: "nous ne devrions pas ruiner les fondements de l'amitié entre nos deux pays ", a-t-il déclaré. Ce dernier a vivement réagi à la décision de La Haye et a accusé le gouvernement néerlandais d'entretenir des "vestiges du nazisme".

Lundi, le ministre turc des Affaires européennes Omer Celik avait évoqué un possible "réexamen" du pacte sur la lutte contre l'immigration conclu il y a un an avec l'Europe.

Dans la foulée, les Pays-Bas auraient aussi expulsé Fatma Betul Sayan Kaya, la ministre de la Famille.

Les dirigeants turcs devaient participer à des rassemblements politiques visant à convaincre la diaspora turque à voter pour un renforcement des pouvoirs du président Erdogan lors d'un référendum auquel les ressortissants turcs vivant à l'étranger ont le droit de voter. Il s'est vu interdire l'accès à la hollande samedi par les autorités des Pays Bas et depuis la polémique s'est amplifiée Le meeting, d'envergure régionale à l'origine, s'est transformé en démonstration de soutien au pouvoir turc. Certains sont plutôt favorables à une perspective -probablement très lointaine- de l'intégration de la Turquie dans l'Union européenne, alors que d'autres sont radicalement contre. "Il est également dans l'intérêt de la Turquie que cette coopération continue".

Deux espions russes poursuivis — Piratage/Yahoo
Le département américain de la Justice a annoncé l'inculpation de deux espions russes et de deux hackers pour une cyberattaque contre Yahoo.

Netflix va finaliser le dernier film inachevé d'Orson Welles
On sait que les négatifs originaux seront restaurés et le montage achevé selon le scénario écrit par Orson Welles lui-même. Le géant du secteur de la SVOD vient d'annoncer avoir acquis les droits du dernier film du réalisateur Orson Welles.

Yann Barthès refuse de recevoir des leaders du Front National — Quotidien (TMC)
Hier soir c'est une spéciale Emmanuel Macron qui était proposée dans l'émission de Yann Barthès " Quotidien ". N'ayant pas donné la parole au candidat d'En marche, ils ont fait une émission plus longue avec ce dernier.

La Une du quotidien néerlandais De Telegraaf de ce lundi 13 mars montre la photo d'un policier et d'un manifestant pro-Erdogan allongé sur le sol, avec un titre sans équivoque "Ici, nous sommes le patron ".

Le ministère turc a estimé dans un communiqué que la déclaration de l'UE n'avait "pas de valeur", regrettant qu'elle n'ait été adressée qu'à Ankara et pas aux autres pays impliqués dans cette crise diplomatique.

L'autorisation donnée au ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, de participer à un meeting dimanche à Metz, est largement commentée et décriée par la classe politique française. "Aujourd'hui, c'est le bal des hypocrites". On prétend que les négociations d'adhésion (de la Turquie à l'UE) existent encore, mais c'est faux. "Dans la situation actuelle il fallait l'interdire, il fallait plus d'Europe et une cohérence européenne là-dessus ". "Elle laisse le populisme d'Erdogan s'exprimer", estime pour sa part Didier Billon, de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris.

La crise entre les Pays-Bas et la Turquie survient à quelques jours du scrutin législatif néerlandais mercredi, au terme d'une campagne où l'islam a été un thème majeur.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL