Donald Trump a-t-il snobé Angela Merkel ?

Vanessa Beaulieu
Mars 18, 2017

Interrogé sur les sujets abordés avec la chancelière allemande, il a simplement répondu qu'ils avaient parlé de "beaucoup de choses". L'assertion a été relayée par le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, puis évoquée par Donald Trump lui-même, qui ne l'a pas réfutée. Après quelques questions des journalistes pour les deux chefs d'États, les photographes réclament une poignée de main, comme le veut le protocole diplomatique.

Si la visite avait commencé classiquement par une poignée de main entre les deux dirigeants sur le perron de la Maison Blanche.

Le président américain a fait mine de ne pas l'entendre en l'ignorant, rendant Angela Merkel très mal à l'aise. Angela Merkel devrait rencontrer Vladimir Poutine le 2 mai à Moscou.

La rencontre entre Donald Trump et Angela Merkel devait avoir lieu plus tôt dans la semaine mais a été reportée en raison des fortes chutes de neige qui se sont abattues sur l'est des Etats-Unis. La chancelière et d'autres membres de l'Union européenne n'ont pas caché leurs inquiétudes face au protectionnisme assumé par la nouvelle administration américaine. "Tout ce que j'ai fait est de citer " l'ancien juge Napolitano, qui a fait ses allégations sur Fox News, s'est défendu Trump, ajoutant: " Demandez à Fox ". Lundi 13 mars, à Munich, Angela Merkel a rappelé que les sociétés allemandes employaient près de 750 000 personnes aux États unis et qu'un à deux millions d'emplois aux États-Unis étaient indirectement dépendants d'entreprises allemandes. "L'immigration est un privilège et pas un droit".

Milan - San Remo. Kwiatkowski devant Sagan et Alaphilippe !
C'est la deuxième fois qu'il termine à la deuxième place (en plus de deux quatrièmes places). Las, il s'est incliné au sprint face au Polonais Michal Kwiatkowski (Sky).

La pose poignée de mains à Merkel refusée par Trump (vidéo)
Une question restée sans réponse, puisque le président américain a tout simplement décidé d'ignorer son homologue germanique. La chancelière allemande et le 45e président des États-Unis n'ont pas esquivé les sujets chauds.

La Fed relève ses taux pour la deuxième fois de l'ère Trump
Il existe encore beaucoup d'incertitudes liées à la nouvelle administration, en termes d'investissements et de fiscalité. Le projet de budget de Donald Trump table sur une croissance de 3% en 2018.

Investi en janvier, le président Donald Trump a affirmé le 4 mars sur Twitter que son prédécesseur l'avait fait espionner à la fin de la campagne électorale 2016, sans apporter la moindre preuve de ses affirmations.

Russie. Le cas de Moscou devait être également évoqué.

Ces discussions se voulaient un renouveau de leur relation, écorchée par les propos de Donald Trump lors de la course à la Maison-Blanche. La chancelière devait par ailleurs s'efforcer d'obtenir de son hôte des garanties sur le respect par Washington des engagements en matière de lutte contre le changement climatique.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL