Aucune preuve sur d'éventuelles écoutes à la Trump Tower — États-Unis

Vanessa Beaulieu
Mars 19, 2017

Le comité sur le renseignement du Sénat américain a rejeté les accusations d'écoute téléphonique de Donald Trump.

"Compte tenu des informations à notre disposition, nous ne constatons aucune indication que la Trump Tower a été l'objet d'une surveillance de la part de quelconques éléments du gouvernement des Etats-Unis, soit avant, soit après l'élection de 2016", affirment le républicain Richard Burr et le démocrate Mark Warren dans un communiqué.

Après avoir semé le trouble en accusant Barack Obama de l'avoir mis sur écoute, Donald Trump voit ses mensonges lui revenir en pleine figure.

Le Pen toujours devant Macron au premier tour
L'occasion pour lui de creuser l'écart en vue du second tour ou de relancer au contraire sa confrontation avec François Fillon . Décidément, la mauvaise passe entamée par François Fillon fin janvier ne se referme pas.

Les Bleus arrachent la victoire face au pays de Galles
Ce top 8 favorisera la France pour le tirage au sort de la prochaine Coupe du monde 2019 au Japon. En revanche, Leigh Halfpenny , le buteur gallois, n'a connu aucun déchet dans son jeu au pied.

Premier face-à-face Trump-Merkel à la Maison blanche
Le président américain a défini l'immigration comme étant " un privilège, pas un droit ". Encore un point de friction entre les deux dirigeants qu'il sera difficile d'aplanir.

Donald Trump a lâché une bombe, le 4 mars dernier, en accusant son prédécesseur d'avoir mis ses lignes téléphoniques sur écoute. Bombardé de questions lors de son point de presse quotidien, Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche a assuré que le président "maintenait" ses accusations avant de s'en prendre avec virulence aux journalistes.

" Cela m'inquiète beaucoup que le président puisse lancer une telle accusation sans fondement". M. Nunes avait ajouté qu'il ne pensait "pas qu'il y ait eu une réelle mise sur écoute de la Trump Tower". Interrogé mercredi soir sur Fox News sur la façon dont il avait appris cette affaire d'écoutes, M. Trump a répondu: " J'avais lu des choses ". Il avait ensuite fait référence à un article du New York Times et "d'autres choses" qu'il avait lues évoquant des écoutes. Trump a également mentionné un reporteur de Fox News qui, "la veille", "parlait de certaines choses, très complexes qui se passaient". Kellyanne Conway, conseillère de M. Trump, avait affirmé lundi n'avoir "aucune preuve" de cette mise sur écoute. Nunes et Schiff ont précisé qu'ils ne s'attendaient pas à ce que le directeur du FBI, James Comey, qui doit témoigner lundi devant leur commission, apporte des preuves. "J'avais vu beaucoup de choses ". Mais cela recouvre vraiment la surveillance et beaucoup d'autres choses. Mais les deux élus espèrent des progrès dans leur enquête sur l'interférence de la Russie, notamment sur le nombre de personnes liées à la campagne du républicain qui auraient été mises sur écoutes à ce sujet. Une autre audition est prévue le 28 mars.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL