Les chiffres inquiétants d'un nouveau sondage — Adolescents et pornographie

Vanessa Beaulieu
Mars 20, 2017

Au cours de leur vie, 52% des 15-17 ans (64% de garçons et 39% de filles) ont vu une vidéo pornographique, dont 18% au moins une fois au cours des trois derniers mois, révèle cette étude commandée par l'Observatoire de la parentalité et de l'éducation numérique, chargé par le gouvernement d'une réflexion pour prévenir l'exposition des mineurs à la pornographie. Cette exposition au X serait ainsi plus fréquente et plus précoce chez les plus jeunes. La fréquentation des sites pornographiques reste beaucoup plus fréquente pour les garçons (63%) que pour les filles (37%).

Devançant l'ordinateur et la tablette, le téléphone mobile est le support plus utilisé pour visionner des vidéos.

Les sites gratuits plébiscités.

La moitié des adolescents âgés de 15 à 17 ans ont déjà surfé sur un site pornographique (51%), soit + 14 % en 4 ans.

L'essentiel de la consommation pornographique des ados sur internet s'effectue via des sites gratuits (96%, contre 78% chez l'ensemble des Français).

De plus en plus jeunes. Ce rajeunissement de l'accès à la pornographie se retrouve aussi dans la baisse de l'âge moyen de la 1 visite sur un site porno: 14 ans et 5 mois en 2017, contre 14 ans et 8 mois en 2013.

A 15 ans, la moitié des adolescents ont déjà vu un film porno, que ce soit à la télévision ou sur le web.

La première expérience des films X arrive souvent trop tôt.

Erdogan prêt au rétablissement de la peine de mort en Turquie
Cavusoglu à l'adresse des dirigeants européens. "Vous êtes l'avenir de l'Europe", a lancé M. "Mais il y a des limites qui sont fixées par nos lois", a-t-il ajouté.

Le frère et le cousin de l'assaillant relâchés
" Je suis là pour mourir par Allah " aurait crié Ziyed Ben Belgacem au moment de l'attaque à l'aéroport d'Orly. Près de 3.000 personnes ont été évacuées du terminal Sud d'Orly ou confinées dans le terminal Ouest voisin.

Les clefs d'un débat hors norme — Présidentielle
L'écart entre Benoît Hamon , qui vient de présenter son programme, et Jean-Luc Mélenchon continue de se resserrer. Benoît Hamon refuse d'y répondre tandis que les candidats Les Républicains et En marche! ont accepté.

L'initiation à la pornographie: un "plaisir" solitaire pour les garçons, plutôt collectif pour les filles.

En majorité, les ados considèrent eux-mêmes que cette première expérience était prématurée.

Plus d'un ado sur deux (55%) considèrent qu'ils étaient " trop jeune " la 1 fois qu'ils en ont vu, 45% qu'ils avaient "l'âge pour en voir" et 0% qu'ils étaient "trop âgés"...

Près de la moitié des ados ont "appris" une partie de leur sexualité grâce au porno.

Ce sondage intervient quelques semaines après que le gouvernement a publiquement décidé de prendre les choses en main: lundi 20 février, la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol a annoncé qu'elle souhaitait interdire l'accès des mineurs aux sites Internet qui diffusent des images pornographiques, dans le but de "lutter contre l'industrie pornographique, ce qu'elle suppose d'avilissement pour celles et ceux qui y travaillent".

Près d'un garçon sur deux (48%) et plus d'une fille sur trois (37%) estiment que la pornographie a participé à l'apprentissage de leur sexualité, et 44% des ados ayant déjà eu des rapports sexuels déclarent avoir essayé de reproduire des scènes ou pratiques vues dans des films.

A peine 3% des ados ont cherché à pimenter leur vie de couple en filmant leurs ébats ou jeux sexuels avec leur partenaire, soit un niveau largement inférieur à celui que l'on peut observer dans la population adulte (11% en 2013).

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL