Sa compagne si discrète se dévoile enfin — Benoît Hamon

Aubin Brasseur
Mars 20, 2017

Le conseiller régional PS Julien Dray, proche de François Hollande, a appelé lundi Benoît Hamon à ne "pas considérer qu'Emmanuel Macron est le pire adversaire" dans la campagne pour la présidentielle.

"Nous avons affronté des vents contraires ces dernières semaines, parfois une forte houle", a admis Benoît Hamon en fustigeant ceux qui ont "quitté le navire dès le premier zéphyr". Il ne s'agit pas de "faire des croche-pieds" au candidat désigné par la primaire, "mais en même temps, il y a aussi des conditions maintenant à respecter". Il a appelé l'équipe du candidat PS "à moins de comportements caporalistes et plus de réponses politiques".

La troisième, "c'est de mettre Jean-Luc Mélenchon devant sa responsabilité", a-t-il affirmé se disant "pas d'accord" avec l'idée d'un "pacte de non agression" à l'égard du candidat de La France Insoumise.

Football: Zetchi plebscité président de la FAF avec 64 voix sur 103
Zetchi en insistant sur l'aspect de la formation, délaissé selon lui par le président sortant. Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook .

L'Allemagne rejette les allégations de Donald Trump — OTAN
" Nous n'avons aucune dette à l'égard de l'OTAN", affirme le ministre de la Défense de l'Allemagne, Ursula von der Leyen . Ce qui inclut l'Otan mais aussi la défense européenne, ainsi que les Nations Unies.

Fusion Racing 92-Stade Français: Bernard Laporte prêt à s'opposer au projet ?
Même prêt à empêcher la fusion entre le Racing 92 et le Stade Français , annoncée par les deux clubs en début de semaine. Nous connaissons bien Bernard Laporte .

"Tout commence aujourd'hui, tout commence avec vous, tout commence par vous", a clamé hier Benoît Hamon à la tribune, visiblement très ému, sous les vivats de quelque 20 000 personnes réunies à Bercy.

Valls brandit également la "menace de l'extrême droite" et met en garde celui qui remplacera François Hollande à l'Elysée en mai prochain: "il faudra tenir le pays, se dépasser", dit-il, mais aussi "oublier les vieux clivages", quatre mots qui peuvent être interprétés comme un soutien implicite au candidat Emmanuel Macron?

Le chef de l'Etat "fait campagne, à sa manière, puisque il est là sans arrêt sur le terrain", a-t-il estimé en référence aux nombreux déplacements du président. Et de s'emporter: "Quelle ne fut pas mon incrédulité quand certains, gardiens autoproclamés d'une pureté idéologique, ou d'autres, se revendiquant comme les seuls légataires de la gauche, ont voulu faire de cette cohérence une prétendue trahison".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL