Présidentielle 2017 : cinq candidats pour un premier débat (inédit)

Vanessa Beaulieu
Mars 21, 2017

Lors du débat sur TF1 ce lundi soir, Marine le Pen a évoqué le burkini sur les plages, et a lancé: "Je sais que vous êtes pour Monsieur Macron.". Une manière de désamorcer la pression et de la repousser sur les outsiders que personne n'imaginerait en finale. Il y a fort à parier que la tonalité de ce débat soit plus agressive que celle des primaires. Elle devance Emmanuel Macron (23%) et François Fillon (18%), selon le sondage Opinionway-Orpi pour Les Echos et Radio classique publié lundi.

À un mois du premier tour, c'est peut-être l'occasion ou jamais.

La tendance sondagière est claire: elle donne Emmanuel Macron victorieux de l'élection présidentielle face à Marine Le Pen au 2e tour. Libéralisation de l'économie, rapprochement avec la Russie ou encore fin de l'adoption pour les couples homosexuels, le candidat de la droite, à la traîne dans les sondages (19 %), voudra faire oublier ses ennuis judiciaires. Le candidat était bien plus haut le 20 février (21%), il enregistre donc désormais près de 8 points de retard sur les deux candidats en mesure de se qualifier. "Alors non seulement il faut promouvoir la laïcité, mais il faut aussi lutter contre le communautarisme " a déclaré la candidate du Front national avant d'accuser le leader d'En Marche d'être " pour le burkini ".

France 2017 : Le Pen (27%) devance Macron (23%) et Fillon (18%) (Opinionway)
Le candidat d'En Marche continue donc son ascension et met des bâtons dans les roues de la candidate frontiste. Et alors que la sûreté du choix semble se renforcer chez les électeurs, 58% soit quatre points de plus.

Intentions de vote en Nouvelle-Aquitaine : Emmanuel Macron distance Marine Le Pen
Au coude à coude avec Emmanuel Macron au sommet des sondages , elle est pour l'instant donnée battue au second tour. Ils seraient suivis par François Fillon (17%) puis Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon , ex aequo aussi (12%).

Mauritanie : le Sénat rejette les amendements constitutionnels du Gouvernement
Elle a ainsi invité la population à faire usage de tous les moyens possibles pour mettre définitivement en échec ce projet. Adopté par l'assemblée nationale le 9 mars, le projet de loi gouvernemental a été donc bloqué à ce niveau.

Benoît Hamon est lui en net recul dans les dernières intentions de vote et sous la menace directe sur sa gauche de Jean-Luc Mélenchon, qui a réussi une démonstration de force en réunissant des dizaines de milliers de sympathisants samedi à Paris. Marine Le Pen devrait aussi subir les feux croisés de ses quatre adversaires, qui affichent son élimination comme une priorité.

Emmanuel Macron, grand favori des sondages (26,5 % selon une étude Odoxa, hier), sera probablement le plus scruté.

Outre François Fillon, Marine Le Pen est visée par des affaires d'emplois fictifs et de financement illégal de campagne électorale, tandis qu'une enquête préliminaire a été ouverte sur des soupçons de favoritisme autour d'un déplacement ministériel organisé en janvier 2016 pour Emmanuel Macron, alors à la tête du ministère de l'économie. Il devra aussi s'expliquer sur la prochaine convocation de son épouse Pénélope par les juges le 28 mars, et sur les costumes qui lui ont été offerts par l'avocat Robert Bourgi, proche de plusieurs chefs d'Etat africains. Il a obtenu le soutien de l'écologiste Yannick Jadot mais n'a pas scellé d'alliance avec le chantre de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, ce qui bloque mathématiquement toute chance de victoire. En tout cas, un téléspectateur ne sera pas cette fois au théâtre même s'il se montre sceptique, c'est François Hollande.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL