La France et La Haye ont des preuves — Attaque chimique

Vanessa Beaulieu
Avril 20, 2017

"Nous ne sommes pas les seuls".

Moscou et Téhéran soumettent jeudi au vote devant l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques la proposition de mettre en place une nouvelle équipe chargée d'enquêter sur l'attaque chimique présumée en Syrie début avril, a appris l'AFP de sources proches de l'OIAC. L'OIAC a, par ailleurs, annoncé, hier, que des tests prouvaient, de manière "irréfutable ", que du gaz sarin ou une substance similaire avait été utilisé lors de cette attaque chimique, qui a fait 87 morts, le 4 avril.

Depuis cette attaque qui a ému la communauté internationale, les partis prenantes du conflit syrien sont divisés sur la responsabilité du raid.

"C'est une question de jours, nous apporterons la preuve que le régime a bien organisé ces frappes", a ajouté Jean-Marc Ayrault, précisant que "les services de renseignement français et le renseignement militaire" menaient une enquête. De premières analyses turques effectuées sur des blessés après l'attaque, avaient fait état de la présence de gaz sarin.

Nantes: Trois candidats à l'élection présidentielle en deux jours
En meeting à Dijon, Jean-Luc Mélenchon utilise l'innovation technologique pour apparaître dans d'autres endroits du pays. Sur le fond, comme Jean-Luc Mélenchon le théorise volontiers, la technicité se mettra au service du discours.

Eden Hazard et Romelu Lukaku dans l'équipe de l'année en Angleterre
Chelsea , très intéressé par son profil, réfléchira peut-être à deux fois avant de passer à l'action pour Romelu Lukaku . Un ratio qui aurait tapé dans l'œil de plusieurs cadors européens, dont Chelsea , Manchester United et le PSG.

"Je trouve qu'il a vraiment l'envergure d'un président" — Mélenchon en meeting
Derrière, le candidat de la droite François Fillon croit toujours à une victoire "qui surprendra tout le microcosme" . Jean-Luc Mélenchon (la France insoumise) progresse également d'un point et recueille 18% des intentions de vote.

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a effectué des prélèvements sur dix victimes de l'attaque chimique présumée sur Khan Cheikhoun, qui avait fait 87 morts le 4 avril. "J'exprime une conviction, dans quelques jours je pourrai vous apporter des preuves", a-t-il déclaré sur la châine de télévision parlementaire française LCP.

Le président syrien, Bachar el-Assad, a qualifié ces accusations de "fabrication à 100%".

Israël, au côté de nombreux pays, impute l'attaque à l'armée syrienne. Des antidotes existent, mais les survivants au gaz sarin vivent, dans la majorité des cas, avec de très lourdes séquelles neurologiques.

Paris accuse le gouvernement de Bachar al-Assad d'avoir utilisé des armes chimiques lors d'une attaque sur la ville de Khan Cheikoun. Le régime dément "catégoriquement", assurant qu'il a bombardé un "entrepôt" des rebelles contenant des "substances toxiques", une version appuyée Moscou.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL