Le Président Erdogan défie les européens — Turquie

Henri Michaux
Avril 21, 2017

"Côte-à-côte contre le fascisme", ont scandé les manifestants en arpentant les rues de Kadikoy sur la rive asiatique d'Istanbul, se dirigeant vers le siège du Haut-Conseil électoral. Le président de la commission électorale, Sadi Guven, a confirmé dans la soirée la victoire du "oui" et a promis des résultats officiels dans une douzaine de jours. Dimanche, le président turc l'a annoncé lors d'une allocution devant une foule de partisans à Istanbul, rapporte Al Arabiya. Vilipendé depuis 2012, il est accusé par Ankara d'être impliqué dans le putsch raté de juillet dernier. Cette rupture définitive ne chagrinerait pas tout le monde en Europe, mais elle serait source d'inquiétude pour certains qui redoutent que le président turc mette ses menaces à exécution et décide de ne plus respecter l'accord migratoire signé en mars 2016. Les chiffres cités par l'agence montrent que le "oui" a recueilli de forts suffrages en Anatolie centrale tandis que le "non" a dominé dans les grandes villes, les régions côtières proches de la mer Egée et dans le Sud-Est à majorité kurde.

Grâce à ce référendum, M. Erdogan va jouir de pouvoirs très étendus, pouvant notamment désigner directement les ministres et plusieurs membres du Haut conseil des juges et des procureurs. Ainsi, le plafond de la présidence d'Erdogan s'élève désormais théoriquement jusqu'en 2029. Son président Kemal Kilicdaroglu a vivement critiqué mardi la décision de l'YSK de prendre en compte les enveloppes de vote non-scellées dans le dépouillement du scrutin. Mais ses opposants affirment qu'il n'existerait plus de contre-pouvoir, ouvrant la voie à un régime autocratique. 2. De facto dépouillée de ses pouvoirs au profit du chef de l'Etat, la nouvelle Chambre passera de 550 à 600 députés, et le président pourra par décret dans la sphère large de ses compétences, gouverner et contourner le Parlement.

Economiquement, la bourse d'Istanbul et la livre turque se sont renforcées au lendemain de la victoire du oui.

Les négociations d'adhésion de la Turquie sont au point mort depuis des années, mais aucune des deux parties ne s'est résignée à les abandonner formellement. "Le rétablissement de la peine de mort marquerait la fin de toute perspective européenne pour la Turquie", a corroboré le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

Depuis l'annonce de cette victoire de l'administration en place, la contestation va bon train. On redoute qu'un vote aussi éloigné des valeurs européennes soit en fait révélateur d'un problème d'intégration de ces communautés turques en Europe.

Le Président Erdogan défie les européens — Turquie
Le Président Erdogan défie les européens — Turquie

L'Union européenne avait plus tôt appelé la Turquie à "ouvrir une enquête transparente" à la suite d'un rapport d'une mission commune d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) et du Conseil de l'Europe estimant que le référendum de dimanche remporté de peu par M. Erdogan s'était déroulé dans des conditions inéquitables et ne répondait pas aux critères démocratiques.

Le Conseil électoral suprême de Turquie (YSK) a rejeté mercredi l'appel des principaux partis d'opposition à annuler les résultats du référendum sur la modification de la constitution.

Ils ont demandé lundi l'annulation du référendum, dénonçant des irrégularités. Résultats au terme du vote: 51,3% en faveur du " oui ".

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a indiqué jeudi qu'il rencontrerait son homologue américain Donald Trump à la mi-mai aux Etats-Unis, pour la première fois depuis la prise de fonction du nouvel hôte de la Maison Blanche.

Barack Obama a appelé Emmanuel Macron — Présidentielle
Obama n'apporterait son " soutien officiel " à aucun candidat avant le premier tour de l'élection, prévu dimanche. Barack Obama , à la retraite de la présidence des Etats-Unis, depuis le 20 janvier, a appelé Emmanuel Macron .

Mélenchon désormais l'homme politique le plus populaire de France
Les socialistes ont tout faux, ou presque, depuis le début de la campagne présidentielle, face à Jean-Luc Mélenchon. Outre cette interview au Point , François Hollande a également accordé au Monde un entretien portant sur la Syrie.

J-3 avant le premier tour — Présidentielle
Il est également le candidat perçu comme ayant le plus l'étoffe d'un président, critère important à l'approche du scrutin. Il est donc censé refléter au plus près l'état d'esprit de l'opinion dans l'ultime phase de "cristallisation" des votes.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL