Plus de 20 personnes tuées — Évacuations en Syrie

Vanessa Beaulieu
Avril 20, 2017

Le bilan risque de s'alourdir davantage en raison de personnes grièvement blessées.

Dans un communiqué de presse, le ministère des Affaires étrangères français a fait part de sa condamnation ferme de "l'attentat qui a coûté la vie à des dizaines de civils, parmi les lesquels de nombreux enfants, samedi 15 avril, à Rachidine, en Syrie".

Avant l'attaque, les milliers de personnes évacuées des quatre localités assiégées étaient bloquées depuis vendredi en raison de désaccords les empêchant de poursuivre leur chemin. Un bilan provisoire étant donné l'ampleur du carnage. Les autres personnes tuées sont des travailleurs humanitaires locaux ou des rebelles, a-t-il précisé.

Le correspondant de l'AFP a vu des gens pris de panique dans le secteur où sont stationnés les bus.

"J'ai entendu des cris et des pleurs (.) mon bébé Hadi pleurait beaucoup, ma fillette Narjes me regardait, complètement figée", raconte-t-elle à l'AFP qui l'a contactée par téléphone de Damas. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Certaines provinces mécontentes de l'inégalité dans les chances de développement régional — Tunisie
Un rassemblement aura lieu devant le siège de l'URT et sera suivi d'une marche pacifique pour protester contre la politique du gouvernement et déplorer son silence face aux revendications de la région.

Affrontements au Parc OL avant Lyon-Besiktas — Ligue Europa
La communauté turque est très importante en France, ils ont pu récupérer plus de billets qu'on ne l'avait imaginé. L'OL n'a pas fait de demande officielle pour que le match retour se joue à huis clos, jeudi prochain à Istanbul.

Bose, le fabricant de casques connectés, accusé d'espionner ses clients
Légalement, le problème que soulève le plaignant tient à la non-anonymisation des données, comme le réclame la loi américaine. Une information essentielle dont il n'est fait aucune mention dans les déclarations de confidentialité de l'application.

Des autobus transportant des habitants des localités rebelles ainsi que des zones prorégimes ont repris la route vers leurs destinations finales, rapporte cette ONG, qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

Le régime syrien a immédiatement accusé les "groupes terroristes", un terme utilisé par le pouvoir pour désigner rebelles et jihadistes. "Les personnes responsables de cette attaque devront être traduits devant la justice", a souligné de son côté le porte-parole du Secrétaire général des Nations-Unies, Stéphane Dujarric, après avoir exprimé "les condoléances" de l'ONU "envers les familles des victimes". Ses auteurs "ont fait preuve d'une indifférence éhontée pour la vie humaine".

Des milliers de personnes sont montées tôt vendredi dans des cars pour quitter en même temps deux villes assiégées par les rebelles, Foua et Kafraya, et deux autres encerclées par le régime, Madaya et Zabadani.

REFUGIES Les bus visés par la camionnette piégée transportaient des personnes évacuées de leurs villes d'origine. Quelque 5 000 personnes (civils et combattants) habitant à Foua et Kafraya, fidèles au régime, ont atteint Alep, d'où elles choisiront leur destination finale. Les villes syriennes concernées sont les rebelles Madaya et Zabadani près de Damas et les prorégime Foua et Kafraya dans la province d'Idleb (nord-ouest).

Ces dernières années, et après des mois de siège, le régime a proposé des accords d'évacuation similaires que l'opposition dénonce comme des "transferts forcés" constituant "des crimes contre l'Humanité".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL