Le parcours du tueur au coeur de l'enquête — Champs-Elysées

Henri Michaux
Avril 21, 2017

Celle-ci a été rapidement revendiquée par l'organe de propagande de l'État islamique (EI) Amaq, rapporte l'agence de presse Xinhua.

23h20: Policier tué sur les Champs-Élysées à Paris: "les pistes sont d'ordre terroriste", a déclaré François Hollande depuis la cour de l'Élysée ce jeudi soir. Une touriste, dont la nationalité n'a pas été précisée, a été touchée au genou par des projectiles. Il a indiqué que 'l'identité de l'assaillant (qui a été abattu en riposte) était connue et avait été vérifiée' mais que pour l'instant, il ne pouvait pas encore la révéler en raison des investigations en cours.

Le prénom indiqué par Daech est en revanche le même que celui d'un avis de recherche belge transmis jeudi "aux services français". "Il n'y a pas de deuxième policier qui soit décédé".

Les obsèques de Karim Cheurfi auront lieu mardi, a-t-on appris de source policière.

Après une réunion de crise avec son Premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl, le président François Hollande a prononcé une brève allocution retransmise par les chaînes télévisées. L'attentat a été revendiqué dans un communiqué par l'organisation jihadiste Daesh. Une information non confirmée par les autorités. Il s'agirait de Karim Cheurfi, un Français né en décembre 1977 à Livry-Gargan, qui n'était pas fiché S actuellement (ce qui ne veut pas dire qu'il ne l'a jamais été) et était connu de la DGSI pour sa radicalisation. Son complice serait en fuite.

L'homme signalé par les Belges "est-il lié de près ou de loin à ce qui s'est passé sur les Champs-Elysées?"

Un policier tué, l'EI revendique — Fusillade à Paris
Un individu armé d'un fusil d'assaut a stationné sa voiture à proximité d'un véhicule de police , stationné sur l'avenue. L'avenue des Champs- Elysées sera bloquée par la police et les pompiers une partie de la soirée pour sécuriser la zone.

Attentat Champs-Elysées: l'homme signalé s'est présenté dans un commissariat d'Anvers
L'homme né le 31 décembre 1977 (39 ans) à Livry-Gargan (en région parisienne) a été abattu par la police lors d'une réplique. Ce n'est pas la première fois que l'assaillant présumé de la fusillade des Champs-Elysées s'en prenait à des policiers.

Venezuela : trois morts pendant des manifestations anti-Maduro
Il a pourtant assuré mercredi souhaiter des élections "bientôt" pour "gagner définitivement" la bataille. Le parquet a confirmé à l'AFP la mort d'un militaire.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête. "Pour savoir quelles étaient les motivations et ce qui a poussé cet individu à agir, il est beaucoup trop tôt encore pour le dire mais, en tout cas, ce sont des policiers qui ont été pris délibérément pour cible ", a dit Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur.

" Mes pensées vont vers la famille du policier qui a été tué " et " également vers les proches des policiers blessés", a poursuivi le chef de l'Etat qui a assuré que " le soutien de la nation est total à leur égard " et exprimé sa " grande tristesse ".

Un policier a été tué par un homme, lourdement armé, sortant d'une voiture. "On a dû cacher nos clients dans nos sous-sols". "La lutte contre le terrorisme doit être la priorité absolue du prochain président", a quant à lui conclu François Fillon. L'Elysée annonce clairement un acte terroriste.

Courant sur le trottoir, l'assaillant a ensuite essayé de s'en prendre à d'autres policiers.

Hier soir, vers 21 heures, un homme âgé de 39 ans a tiré sur un véhicule de police garé sur l'avenue des Champs-Élysées, l'une des rues les plus touristiques de Paris. Une source judiciaire a confirmé le décès de l'assaillant. Il est encore difficile dans l'immédiat de connaître les circonstances exactes de la fusillade.

La Préfecture de Police conseille la population a "éviter le secteur des Champs Élysées".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL