Macron et Le Pen ex aequo au dernier jour de la campagne

Vanessa Beaulieu
Avril 21, 2017

Concernant l'issue du second tour de l'élection présidentielle française, le sondage indique que dans le cas d'un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le candidat d'En Marche! l'emporterait à 66% contre 34% et s'il affrontait François Fillon, sa victoire serait plus nette à 68% contre 32%.

Le candidat d'En Marche!, avec 24% des suffrages, gagne un point par rapport à la précédente enquête de cet institut réalisée trois jours plus tôt, les 16 et 17 avril.

Ex-aequo à 19%, le candidat de la droite François Fillon, en repli d'un point par rapport au 13 avril, et le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon, inchangé, sont derrière.

Quant à Benoît Hamon, il n'aura pas profité de cette dernière semaine pour confirmer sa remontée de la fin de semaine dernière et n'obtient que 8% des intentions de vote.

Peu après l'attaque survenue à 21H00, alors que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen étaient notamment déjà passés dans cette dernière émission politique avant le premier tour, les premières rumeurs de coups de feu sur la plus célèbre avenue de Paris apparaissaient sur les réseaux sociaux.

Même si cette ultime enquête d'avant premier tour redessine les lignes, le contexte incite à la plus grande prudence quant aux projections de second tour.

Attentat sur les Champs-Elysées jeudi soir
Deux hommes suspectés de préparer un attentat pendant l'élection présidentielle avaient déjà été arrêtés mardi matin à Marseille. L'organisation terroriste Etat islamique (EI) a revendiqué l'attentat, à travers son organe de propagande Amaq.

Jean-Michel Maire dévoile ses parties intimes dans "TPMP"
Tout le monde y prend pour son grade et en particulier Cyril Hanouna qui a eu d'après l'acteur "la gentillesse de l'inviter". C'est pas Christophe Dechavanne, c'est pas Benjamin Castaldi, c'est pas Julien Courbet.

Présidentielle 2017: deux sondages placent Macron en tête devant Le Pen
Seul Emmanuel Macron réunit les trois qualités de volonté réformatrice économique et politique et d'intégrité. Chaque prétendant cherche désormais à imprimer de sa marque les dernières heures de la campagne.

Pour Jean-Luc Mélenchon, "les criminels ne seront jamais impunis dans ce pays et leurs complices ne seront jamais oubliés", mais il ne faut "pas interrompre le processus de notre démocratie de manière à bien démontrer que les violents n'auront pas le dernier mot contre les républicains".

L'entourage de François Fillon avait par ailleurs été prévenu de "risques averés" sur le candidat, a-t-on aussi appris auprès de sources concordantes LR. Il est désormais crédité de 19% des intentions de vote, soit 1 point de moins que la semaine dernière. Le candidat socialiste reste toutefois fragile, seuls 58% de ses électeurs se disant sûrs de voter pour lui.

Sur le terrain, les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille, comme Marine Le Pen, qui devait tenir son dernier grand meeting à Marseille, où deux personnes ont été interpellées mardi pour un projet d'attentat contre la campagne.

Alors que, depuis trois jours, le sondage quotidien Opinionway-Orpi restait sur une stabilité déconcertante, les résultats ont légèrement bougé ce vendredi, à deux jours du scrutin. Ainsi, Marine Le Pen pourrait aussi se retrouver en face de François Fillon ou de Mélanchon. La transformation de ce score d'intentions de vote dans les urnes dimanche sera étroitement corrélée au niveau de participation.

Les journalistes David Pujadas et Léa Salamé continuaient d'interroger les candidats en tenant les téléspectateurs informés en direct des circonstances encore floues des conditions des tirs qui ont tué un policier et blessé un autre. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 4% (+0,5), Philippe Poutou (NPA) de 1,5% (=) et le centriste Jean Lassalle de 1%. Nathalie Arthaud est créditée de 0,5 % des intentions de vote (=), comme François Asselineau (=). Plus le premier tour approche, plus le suspense s'accroît, indique pour sa part "Le Figaro", ajoutant qu'à J-5, quatre candidats sont donc encore susceptibles de se qualifier pour le second tour, sans que les critères qui détermineront le choix des électeurs apparaissent clairement.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL