Présidentielle 2017: deux sondages placent Macron en tête devant Le Pen

Leopold Bellegarde
Avril 21, 2017

A deux jours du premier tour de la présidentielle française virant à un imprévisible "match à quatre", les onze candidats se sont retrouvés hier soir pour un dernier round télévisé, tous décidés à convaincre les nombreux indécis et abstentionnistes.

Les concurrents ont chacun environ 15 minutes d'antenne pour s'exprimer.

Selon le dernier sondage Ipsos Sopra-Steria pour le Cevipof et Le Monde, Marine Le Pen s'inclinerait au second tour de l'élection face aux trois autres favoris des sondages: Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon.

Selon M. Mérand, avec ses appuis qui ont reculé, Emmanuel Macron pourrait avoir des problèmes pour rallier les électeurs anti-Le Pen, tout comme François Fillon, qui est englué dans les scandales de présumés emplois fictifs offerts à sa famille.

Faute d'avoir pu organiser un nouveau débat, chacun a disposé d'un quart d'heure. Mme Le Pen a musclé son discours sur les thématiques traditionnelles de son parti, l'immigration, le discours anti-euro et la sécurité.

Seul Emmanuel Macron réunit les trois qualités de volonté réformatrice économique et politique et d'intégrité.

François Fillon, quant à lui, est déterminé à faire mentir ceux qui l'avaient enterré après les révélations fin janvier sur des emplois fictifs présumés attribués à sa famille et rémunérés sur les deniers publics, qui lui valent une inculpation.

Turquie: campagne inéquitable, selon les observateurs internationaux
Il a évoqué dès dimanche la possibilité d'un nouveau référendum sur le rétablissement de la peine de mort. Il a occupé le poste de chef du gouvernement entre 2003 et 2014, avant d'être élu président.

Ajax Amsterdam-Lyon et Celta Vigo-ManU en demi-finales — Europa League
Distancés en Liga espagnole, l'Atlético de Madrid n'a plus que la Ligue des champions pour espérer gagner un titre cette année. Les Monégasques craignent la défaillance physique, alors qu'ils disputeront le 55e match de leur saison marathon.

Une fin de campagne bouleversée par l'attentat des Champs-Elysées — Présidentielle
L'agresseur, dont l'identité est connue et vérifiée, selon le procureur de la République de Paris, François Molins, a été abattu. L'identification de l'homme qui a ouvert le feu contre des policiers jeudi soir sur les Champs-Elysées n'a pas traîné.

Dans ses derniers meetings, il n'a eu de cesse de marteler que la présidentielle se jouerait dans les derniers jours de campagne, même si son image de sérieux et de probité a été ébréchée et sa légitimé contestée jusque dans son propre camp. Emmanuel Macron et Marine Le Pen passerait donc ce premier tour pour s'affronter au second.

Il s'est ainsi affiché avec l'ancien premier ministre Alain Juppé qui représente une droite plus modérée, s'est réjoui d'un message vidéo de l'ex-président Nicolas Sarkozy en sa faveur, tout en prenant soin de ménager un courant de pensée de la droite traditionaliste, Sens Commun, issu des manifestants opposés au mariage homosexuel. "Que notre campagne en complète opposition soit le meilleur des démentis au programme totalitaire des terroristes", a écrit Jean-Luc Mélenchon à François Fillon.

5% des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intentions de vote au 1er tour.

Sur la chaîne publique France 2, les candidats aborderont les thèmes du pouvoir d'achat, du chômage, de la politique internationale et de l'Europe.

Chaque prétendant cherche désormais à imprimer de sa marque les dernières heures de la campagne.

Mais dans cette campagne des plus atypiques, rien n'est joué et sur d'avance.

Il participera notamment à Paris à l'un des nombreux "apéros insoumis" organisés dans toute la France, accompagné notamment du leader de Podemos, l'Espagnol Pablo Iglesias.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL