Mort d'un manifestant de 17 ans au Venezuela

Vanessa Beaulieu
Mai 18, 2017

Les Vénézuéliens ont continué à manifester samedi dernier lors d'une nouvelle journée de protestations contre le Président Nicolas Maduro, cité par des publicitaires brésiliens, détenus dans le cadre du vaste scandale de corruption "Lavage express".

Le président socialiste Nicolas Maduro est confronté depuis le 1er avril à une vague de manifestations hostiles et de violences qui ont déjà fait 39 morts et des centaines de blessés.

L'opération, nommée "grand sit-in contre la dictature", a mobilisé pendant une douzaine d'heures des manifestants dans une cinquantaine de points stratégiques du pays.

Sur la principale autoroute d'accès à Caracas, plusieurs dizaines d'entre eux étaient réunis dans la matinée, certains assis par terre avec un livre pour passer le temps. Au moins 155 civils ont été emprisonnés sur ordre de tribunaux militaires, a dénoncé l'ONG Foro Penal.

L'objectif pour le vice-président du Parlement, contrôlé depuis fin 2015 par l'opposition, est de " rendre ingouvernable " le Venezuela, secoué par une profonde crise politique depuis des mois à laquelle s'ajoute une crise économique entraînée par la chute des cours du pétrole. "Tout fout le camp", a témoigné Katty Biagioni, psychopédagogue de 43 ans.

L'ONU promet des sanctions après le tir de missile — Corée du Nord
La situation s'est crispée sur la péninsule en raison de l'accélération des programmes balistiques et nucléaire nord-coréens. Washington et Tokyo ont demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU qui pourrait avoir lieu mardi.

Encore un jeu non dévoilé à annoncer — Nintendo Switch
Ce n'est pas réellement une révélation mais plutôt, une confirmation, de propos tenus récemment. La rumeur parle d'un remake, sur l'exemple de ce qui a été fait avec Mario Kart 8 Deluxe.

Une parité en trompe-l'œil dans l'équipe d'Edouard Philippe — Gouvernement
Et de poursuivre: "C'est un choix de fond, "les clivages traditionnels n'ont plus de sens", rejetant toute "tactique" politique". Lors de la campagne des primaires de la droite et du centre, Édouard Philippe avait été porte-parole d'Alain Juppé.

L'opposition exige des élections générales anticipées et rejette la décision du chef de l'Etat de convoquer une assemblée constituante pour réformer le texte suprême datant de 1999, estimant qu'il s'agit d'une manoeuvre pour repousser le scrutin présidentiel prévu fin 2018 et s'accrocher au pouvoir.

Le ras-le-bol populaire pourrait jouer en faveur de l'opposition à chacune de ces élections, alors que 70 à 80% des habitants désapprouvent la gestion du chef de l'Etat, selon divers sondages.

Le président du Venezuela Nicolas Maduro a ordonné mercredi le déploiement de 2.600 militaires dans l'Etat de Tachira (ouest), près de la frontière colombienne, après des pillages et attaques contre des installations de la police et de l'armée. "Il s'agit d'actions subversives (.) qui virent déjà à l'insurrection armée", a accusé le général Padrino Lopez.

Interpellé par des journalistes à Fatima, où il se trouvait pour accompagner la visite du Pape au Portugal, le cardinal Parolin, secrétaire d'Etat du Saint-Siège, et ancien nonce à Caracas, a pour sa part réitéré l'appel du Pape François lancé au bon sens de toutes les parties, afin de trouver des voies de dialogue.

Washington a fermement rejeté ces accusations, exprimant à plusieurs reprises son inquiétude quant à la situation du pays sud-américain, comme l'ont également fait l'ONU, l'Union européenne et l'Organisation des Etats américains (OEA).

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL