Manuel Valls sera "candidat de la majorité présidentielle" pour les législatives

Leopold Bellegarde
Mai 19, 2017

Une annonce qui n'a pas été particulièrement bien accueillie par la garde rapprochée du président Macron. "Ce que nous demandons aux candidats aux élections législatives, c'est qu'ils s'engagent à être les candidats de "La République en marche", et donc à siéger ensuite dans le groupe majoritaire. Il lui reste 24 heures.", a expliqué Benjamin Griveaux, porte-parole d'Emmanuel Macron.

"Manuel Valls, comme chacun, doit faire acte de candidature, et il n'y a pas de privilège accordé à Manuel Valls".

Secrétaire général d'En Marche!, Richard Ferrand n'a pas exclu lundi matin un Premier ministre de droite.

Manuel Valls a affirmé sur la radio privée qu'il ne craignait pas l'exclusion du parti.

"Ceux qui choisissent Macron, ils seront +En Marche!+ mais plus Républicains", a averti le sénateur-maire de Troyes.

En démissionnant dans la soirée de la région PACA pour redevenir maire de Nice, Christian Estrosi, a de son côté relancé les spéculations sur son éventuelle nomination au gouvernement.

France: Nicolas Hulot confirme une réduction du nucléaire
Sans attache partisane, Nicolas d'Hulot n'est d'aucun parti sinon celui de l'écologie. "Quand il s'engage, Nicolas Hulot fait les choses".

Qui sont les ministres de son nouveau gouvernement — Emmanuel Macron
Le premier Conseil des ministres du quinquennat, initialement prévu mercredi, a été reporté à jeudi, a-t-on précisé à l'Élysée. Elle aussi, a fini par ratifier l'appel de la droite à "répondre à la main tendue par le président de la République".

AUTO ELECTRIQUE : RENAULT teste la recharge sans contact sur des KANGOO ZE
Les partenaires on fait une démonstration du système de recharge sur une une piste d'essais de 100 m mise ne place près de Paris. Nous chargeons des véhicules électriques sans fil.

A droite, Les Républicains sont partagés.

"Moi je suis candidat comme républicain, homme de gauche, homme de progrès, attaché à ma circonscription qui est une circonscription populaire".

Lundi, M. Macron doit par ailleurs démissionner de la présidence d'En Marche!, qui doit tenir dans l'après-midi son "conseil d'administration", et pourrait changer pour introduire la notion de République.

Les membres de la rue Solférino apparaissent tout aussi partagés. Le parti réunit ses candidats aux législatives à la Mutualité à Paris. "Je veux la réussite d'Emmanuel Macron", a ajouté celui qui est redevenu député à Evry après sa démission du gouvernement en décembre.

Benoît Hamon, se disputant la place de premier opposant de gauche avec Jean-Luc Mélenchon, a appelé à un "maximum de candidatures d'union à gauche" pour les législatives, mélenchonistes compris. Il n'a pas respecté le verdict de la primaire, il s'en engagé auprès d'Emmanuel Macron dès le premier tour, il s'essuie les pieds sur un parti auquel il doit tout et qui lui a permis d'être Premier ministre (...). Pour la première fois, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis a été clair sur l'éventualité d'aller aux législatives sous la bannière La République en marche et garder son étiquette socialiste: "ça ce n'est pas possible".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL