"On souhaite que la paix revienne dans nos vallées" — Affaire Grégory

Marcel Micheaux
Juin 16, 2017

Le parquet général a requis la mise en examen de Marcel Jacob pour "séquestration" explique son avocat à l'Est-Républicain.

"Je ne suis pas venu aujourd'hui vous dire que l'affaire était résolue", "je ne sais pas qui est l'auteur" du crime, a déclaré Jean-Jacques Bosc, procureur général de Dijon, lors d'une conférence de presse, soulignant que les personnes interrogées depuis mercredi "avaient invoqué une disposition législative de droit au silence".

Par ailleurs, les enquêteurs ont retrouvé des notes du suspect dans lesquelles il affirme qu'il n'est pas le meurtrier de l'enfant, selon une source proche du dossier.

Vers 12 h 30, Jean-Marie Villemin, jeune contremaître de 26 ans, convaincu qu'il tenait là le responsable de la mort de son fils Grégory, tue d'un coup de fusil Bernard Laroche, 30 ans, contremaître, lui aussi, dans une entreprise de tissage.

Une belle-soeur du père de Grégory, Ginette Villemin, placée en garde à vue en même temps qu'eux, a été remise en liberté jeudi. Deux membres de la famille Villemin Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante du petit Grégory, ont été déférés au parquet général de Dijon à l'issue de leur garde à vue vendredi matin.

Le sort des trois personnes interpellées, qui gardent pour l'instant le silence, selon le procureur, sera connu vendredi à l'issue de leur garde à vue. Tous deux sont soupçonnés d'avoir joué un rôle dans la mort de l'enfant en 1984.

Le "clan Laroche" se retrouve ainsi cette semaine de nouveau au centre de l'enquête, relancée par l'analyse graphologique des lettres de menaces et autres courriers anonymes envoyés par un mystérieux "corbeau".

Le bisphénol A reconnu comme extrêmement dangereux — Perturbateur endocrinien
Il s'agit d'une "première étape", selon l'expression d'Alice Bernard, de l'ONG de défense de l'environnement ClientEarth. Ce qu'il faut désormais, c'est soit la prise de mesures de restriction, soit l'inscription sur la liste d'autorisation.

Au Lesotho, l'épouse du nouveau premier ministre assassinée
Il était brièvement revenu dans son pays en 2015 pour des législatives où il avait été battu par M. Thabane était très choqué par la mort de son épouse, mais "reste fort malgré l'abattement".

Incendie de Londres: 65 personnes toujours portées disparues
Plusieurs rescapés ont également dénoncé qu'on leur ait conseillé de rester confinés dans leur appartement pendant l'incendie . Des familles entières n'ont toujours pas donné signe de vie, des médias évoquant des dizaines de personnes portées disparues.

En effet, en plus d'avoir frappé l'opinion publique, l'affaire Grégory reste l'un des plus grands ratages judiciaires de l'histoire française.

De nouvelles expertises sur une lettre de menaces, manuscrite et anonyme, adressée au père de Grégory en 1983, avant la mort de l'enfant, orientent les soupçons des enquêteurs sur Jacqueline Jacob.

D'autant plus que Marcel Jacob s'en était pris verbalement à Jean-Marie Villemin peu avant le drame. Monique Villemin, grand-mère de l'enfant entendue mercredi comme témoin dans les Vosges, aurait elle écrit une lettre de menaces envoyée au juge d'instruction chargé de l'affaire en 1989.

Si les expertises n'ont pas permis d'en identifier l'auteur, la justice constate "une similitude importante des termes" utilisés dans ce document et dans la lettre de 1983.

Le logiciel d'analyse criminelle Anacrim, conçu et utilisé par la gendarmerie, a cependant permis d'avoir "un regard neuf sur la procédure" en reconstituant la chronologie avant et après le crime et en pointant des incohérences.

L'affaire n'en n'est pas à son premier soubresaut: en juillet 1985, le juge Jean-Michel Lambert opérait un spectaculaire revirement, portant ses soupçons vers la mère de Grégory, Christine Villemin, qui sera innocentée en 1993 au terme d'un non-lieu retentissant.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL