Élections législatives : un PS à terre mais pas mort

Aubin Brasseur
Juin 19, 2017

"Une direction collective va se mettre en place dans les plus brefs délais", a-t-il ajouté. Depuis sa cinglante défaite dès le premier tour des législatives dans la seizième circonscription de Paris, la légitimité de Jean-Christophe Cambadélis était sérieusement menacée à la tête du PS. Après une semaine d'entre-deux-tours de tractations et consultations - il s'est notamment entretenu avec Matthias Fekl et Benoît Hamon, vendredi - l'ex premier secrétaire du PS doit annoncer dimanche soir qu'il démissionne de la direction du parti, après trois ans resté à ce poste.

"Ce soir, malgré une abstention alarmante, le triomphe d'Emmanuel Macron est incontestable; la défaite de la gauche est incontournable; la déroute du Parti socialiste, sans appel", a constaté à l'issue du second tour M. Cambadélis depuis le siège du parti, rue de Solférino.

Deuxième raclée pour Florian Philippot en Moselle — Législatives
Le bras droit de Marine Le Pen avait pourtant été placé en tête à l'issue du scrutin du premier tour, avec 23,79% des voix. Les élections législatives ont livré leur verdict ce dimanche 18 juin.

Carla Bruni défend Melania Trump après la polémique
Toutefois, Carla Bruni se garde bien de condamner les clichés pour lesquels la presse américaine a étrillé Melania Trump. Dans l'édition de juillet 2016, la Première dame des États-Unis avait fait la Une du journal américain dénudée. "Alors.

Plusieurs morts dans un feu de forêt meurtrier au Portugal
On dénombre également 54 blessés, dont quatre pompiers. 18 personnes ont été hospitalisées à Lisbonne , Coimbra et Porto. En tout, près de 800 pompiers, 280 véhicules et 5 Canadair ont été mobilisés tout le week-end pour éteindre les flammes.

Battu dès le premier tour des législatives à Paris, il a souligné que face à "la déroute du PS (.) il faut repenser la gauche". Car chacun devine que cette imposante majorité ne correspond pas à la réalité sociale et politique de notre Lays (.) Le pouvoir absolu (.) se heurtera à cette contradiction.

Selon lui, "la gauche doit tout changer, la forme comme le fond, ses idées comme son organisation". La gauche doit ouvrir un nouveau cycle (...) C'est le socle indispensable. "C'est une tâche de longue haleine, j'y participerai avec humilité mais je souhaite le faire en étant libre de ma parole", a-t-il expliqué pour justifier sa démission. Il ne s'agit pas pour moi d'organiser une retraite mais de permettre une renaissance dans l'ordre. Je prends cette décision sans amertume ni colère, conscient de mon devoir et du moment crucial pour la gauche. "J'assume simplement tranquillement ma part de responsabilité" a livré le dirigeant socialiste avec une mine des mauvais jours".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL