Un strip-tease en prison fait scandale en Afrique du Sud

Henri Michaux
Juin 28, 2017

Les autorités ont authentifié les images et le lieu avant d'expliquer que les photos ont été prises lors d'une journée d'animation le mercredi 21 juin.

"Après enquête préliminaire, au moins 13 responsables officiels vont recevoir une lettre leur signifiant que nous réfléchissons à leur suspension", a affirmé le patron des services pénitentiaires, James Smalberger, dans des propos repris par 20 Minutes. Il a ajouté que ce spectacle "à caractère sexuel est une évidente violation de notre politique de sécurité". Selon le directeur de l'établissement, un organisateur extérieur serait à l'initiative de cet événement qui s'est déroulé au sein même de la prison.

Sur les clichés, on peut clairement voir les strip-teaseuses enlacer un prisonnier, devant une large audience mêlant gardiens et détenus.

Ces photos ont créé le buzz sur les réseaux sociaux, le hashtag #PrisonStrippers était d'ailleurs en tête des tendances en Afrique du Sud lundi.

L'arroseur arrosé — Donald Trump
Par ailleurs, le Time n'a pas du tout apprécié le détournement: Donald Trump n'a fait que deux une fois la Une du magazine. Et celle-ci, qui le dépeignait en joueur de poker arrogant, n'était visiblement pas assez bien pour ses halls d'hôtels.

Pour mieux s'ancrer à l'international, DCNS change son nom en Naval Group
Guillou, alors que le groupe s'apprête à embaucher dans l'année 900 personnes. Autre handicap, " notre nom n'est pas compris par les jeunes ", constate M.

Son fils est refusé en seconde générale, elle tente de s'immoler — Nice
Nos confrères précisent qu'un agent du rectorat a pu lui prendre son briquet, avant qu'elle ne l'utilise. Sa mère était donc décidée à tout tenter pour obtenir une dérogation auprès de l'inspection académique.

Dénommé, " Sun City", le centre pénitentiaire de Johannesburg abrite des criminels parmi les plus dangereux du pays, entre autres, cpndamnés pour meurtres, cambriolages ou viol. Preuve que cette histoire a fait le tour de la toile, aidé par les partages et commentaires de nombreux internautes choqués que des prisonniers aient eu droit à ce type de cadeaux.

"Je pensais que c'était un fausse info, mais apparemment non".

SA FIghters, une association de lutte contre la criminalité, déplore une négligence des agents pénitentiaires qu'elle qualifie de scandaleuse vis-à-vis des victimes des détenus.

Les prisons sud-africaines sont connues pour leur surpopulation notoire et la violence des gangs qui y sévissent.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL