Une mauvaise nouvelle pour les victimes de l'amiante — Dunkerque

Vanessa Beaulieu
Juin 28, 2017

A l'instar du parquet, les magistrats instructeurs ont eux-aussi estimé début juin, dans une ordonnance rendue le vendredi 9, que "cet aléa dans la date des faits ne pourra pas permettre de conduire des investigations ciblées et efficaces de nature à réunir des charges qui pourraient être imputées à quiconque". Considérant qu'il est impossible de déterminer avec certitude la date à laquelle ces personnes ont été intoxiquées par l'amiante, le ministère public recommande de " mettre fin à la présente information judiciaire ". Une décision qui pourrait ouvrir la voie à des non-lieux dans une quinzaine de dossiers.

Rendue au début de l'année, "cette expertise dit le contraire de ce que la justice veut aujourd'hui lui faire dire ", s'est indigné Me Sylvie Topaloff, l'un des conseils de l'Andeva, l'Association nationale de défense des victimes de l'amiante. L'expertise en question a été diligentée en 2016, précise l'AFP, afin d'établir les liens entre la fibre cancérogène, interdite en France depuis 1997, et certaines maladies. "Selon les experts, dès que l'on a été exposé, on a été contaminé". En clair, ils ne peuvent présenter d'éléments suffisamment précis pour justifier un renvoi des responsables devant les tribunaux. Résultat, une vingtaine de dossiers pourraient être abandonnés, dont celui d'Eternit, premier producteur français d'amiante-ciment, à l'époque. Par exemple la mise en examen, finalement annulée, de plusieurs anciens hauts fonctionnaires, dont Martine Aubry, en sa qualité d'ex-directrice des relations du travail. Et d'ajouter que l'association fera "immédiatement appel lorsque les ordonnances de non-lieu seront prononcées". Selon les autorités sanitaires qui imputent à l'amiante 10 à 20% des cancers du poumon, l'exposition à cette fibre pourrait provoquer jusqu'à 100.000 décès d'ici à 2025. Après plus de vingt ans de procédure judiciaire, le parquet de Paris a requis le 13 juin dernier l'arrêt des investigations. L'affaire avait éclaté sur le plan pénal, à la suite d'une plainte pour homicides involontaires et blessures involontaires déposées en 1996 par d'anciens salariés d'Eternit, un groupe qui a fabriqué des années, des produits recelant de l'amiante.

Mercato - Gonalons a trouvé son point de chute en Italie !
Quand le mois dernier, Jean-Michel Aulas promettait du changement à l'OL cet été, il ne mentait pas. Le discours est différent du côté de Frédéric Guerra , interrogé sur RTL .

France: Trump assistera au côté de Macron au défilé du 14 juillet
Le président américain viendra assister aux célébrations sur les Champs-Elysées pour la fête nationale. Il faut dire que les relations entre les deux chefs d'état ont jusqu'à présent été compliquées.

DIRECT. Une cyberattaque mondiale frappe entreprises et administrations
Selon l'entreprise de sécurité Cisco Telos, il s'agit de MeDoc, une entreprise qui a développé un logiciel de comptabilité. Le géant de Redmond a publié un correctif mais plusieurs pirates se sont emparés de la faille pour mener leurs attaques.

21 ans d'attente pour les victimes de l'amiante et leurs familles pour déboucher, très certainement, sur un non lieu!

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL