Il ne reste que "deux ou trois décennies pour agir" — Sixième extinction

Marie-Ange Beliveau
Juillet 11, 2017

Soit les prémices de ce que les biologistes appellent la sixième extinction de masse.

La situation est plus qu'alarmante. Ces travaux menés par deux chercheurs mexicain et américain, Geraldo Ceballos de l'Université nationale autonome du Mexique et Paul Ehrliche de l'Université de Stanford (États-Unis), ont été publiés lundi dans la revue Proceedings of the National Academy of Science.

Cette catastrophe annoncée peut-elle être évitée? Du jamais-vu depuis l'extinction des dinosaures, il y a quelque 66 millions d'années. Les trois chercheurs mettent ainsi en évidence un recul spectaculaire des espèces de vertébrés sur la planète Terre, aussi bien en nombre d'animaux qu'en étendue. Une étude qui permet de comprendre qu'aujourd'hui, près de 30 % de ces espèces en déclin sont considérées comme communes, c'est à dire qu'elles sont encore classées en tant que "faible préoccupation" et non pas "en danger" par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Actualités politique, business economiques et des affaires au Sénégal
Il vient de discréditer le Baccalauréat sénégalais à travers des fraudes. Khalifa Sall a été l'absent le plus présent de cette caravane.

La Colombie-Britannique décrète l'état d'urgence — Incendies au Canada
Le service de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique a indiqué que des édifices avaient été affectés par le brasier, qui couvre environ 50 hectares.

L'ancien président sénégalais candidat aux législatives rentre à Dakar ce lundi — Sénégal
Il a réservé ses premières piques à son successeur Macky Sall, qui l'a battu au second tour de l'élection présidentielle de 2012. Et qu'on aille accueillir Me Wade, qu'on l'accompagne dans tout Dakar.

Les zones les plus touchées sont celles qui sont les plus riches en terme de faune comme l'Amazonie ou l'Asie du Sud-Est. Les animaux et espèces migratoires ont de moins en moins d'espace pour chasser et se reproduire. Plus de 50 % des espèces animales terrestres ont disparu en 40 ans.

Les causes de cet anéantissement biologique sont tristement connues: agriculture intensive, exploitation forestière, surexplotation des espèces (chasse et pêche), urbanisation, pollution. Les auteurs rappellent néanmoins que la surpopulation humaine ainsi que la surconsommation " en particulier par les riches " constituent " les moteurs ultimes " de cette sixième extinction. Si l'homme n'agit pas maintenant, c'est l'humanité toute entière qui est mise en péril, car sans la faune et la flore, l'homme sera amené à disparaître. Selon eux, il faut utiliser des technologies moins destructrices pour l'environnement, arrêter le commerce des espèces en voie de disparition et aider les pays à protéger leur biodiversité.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL