Les pilotes de Hop! poursuivent la grève, une partie des vols perturbés

Aubin Brasseur
Juillet 17, 2017

La grève n'est aps reconductible donc la situation devrait progressivement revenir à la normale dès mercredi 19 juillet 2017.

Les pilotes de la compagnie aérienne Hop! poursuivent et terminent ce mardi leur grève démarrée le 13 juillet. Sur les réseaux court et moyen-courrier, HOP! prévoit d'assurer 87% des vols pour la journée de lundi selon la direction. Les perturbations concernent uniquement les avions régionaux de Hop!, une entité juridique parfois confondue avec la marque commerciale "Hop!"

Pour les trois prochains jours, près de 27% des grévistes sont recensés par la compagnie, contre 26% vendredi et samedi. Jeudi, le syndicat majoritaire à l'origine de la grève estimait que 50% des vols Hop! au départ de Lyon Saint-Exupéry avaient été annulé.

Federer seul au monde — Wimbledon
Il s'agit ici de son deuxième trophée cette saison en Grand Chelem après l'Open d'Australie en janvier dernier. Il ne reste bientôt plus d'adjectifs pour qualifier Roger Federer .

Eau potable : 2 milliards de personnes n'y ont pas encore accès
Les bonnes pratiques en matière d'hygiène sont pourtant la manière la plus simple et la plus efficace d'empêcher la propagation des maladies.

Un pic de chaleur attendu mardi en France
Selon Météo France , l'intensité et la durée de cet épisode ne permettent pas de le qualifier de caniculaire. Le Sud-Ouest jusqu'au centre du pays sera particulièrement touché avec des températures de 34 à 38°.

La fusion, effective depuis avril 2016, a rendu caducs les accords sociaux précédents, entraînant l'élaboration d'une convention unique.

Le mouvement doit durer jusqu'à mardi inclus, et porte sur les conditions de travail des pilotes.

La possibilité de poser "des congés extraordinaires" ou encore des garanties sur le nombre de week-ends travaillés d'affilée font également partie des revendications des pilotes, "fatigués" et confrontés à une "pénurie d'effectifs".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL