Un vétéran bouleversé après avoir vu le film "Dunkerque"

Marcel Micheaux
Juillet 25, 2017

En voyant le long-métrage de Christopher Nolan, il a été bouleversé, comme s'il revivait les événements. Un vétéran de 97 ans en a fait l'expérience. En 1940, cet ancien soldat de la Royal Navy faisait partie de l'opération Dynamo, celle qui a permis de sauver plusieurs centaines de milliers de soldats britanniques. Et de résister à l'offensive de l'ennemi allemand. Un épisode majeur de la Seconde Guerre Mondiale, qui vient d'être adapté au cinéma par le cinéaste virtuose Christopher Nolan. Un film abouti, salué par l'ensemble de la critique.

Le vétéran s'est donc rendu à la première du film Dunkerque, à Calgary, au Canada. "Cela ne le sera jamais".

Une fillette de 2 ans a disparu — Mirande
Disparue depuis lundi 13 h 30, la petite fille avait échappé à la vigilance de ses parents pendant quelques instants. Le corps de la fillette a été retrouvée à quelques dizaines de mètres du lieu de sa disparition.

Paris-Rennes en 8h43, récit d'un voyage cauchemardesque en TGV
Après avoir reçu un panier repas, les passagers ont été déplacés dans un autre TGV qui a quitté Le Mans à 00h20. Passez à l'Ouest, qu'ils disaient, passez à l'Ouest! Mais la situation a basculé une heure plus tard.

Saint-Étienne-du Rouvray : Macron assistera à l'hommage au père Jacques Hamel
A 18h des vêpres seront célébrées en la basilique Notre-Dame de Bonsecours suivies d'un temps de prière sur la tombe du père Jacques Hamel.

" " Je ne pensais pas revoir ça un jour " confie le vieux monsieur, paré de son béret militaire et de ses médailles avant d'ajouter " C'était comme si j'y étais à nouveau ". "Il n'en avait pas besoin, parce qu'il a raconté l'histoire visuellement et que c'était très réaliste", poursuit-il. À l'époque, il était chargé de guider les soldats évacuant les plages vers les bateaux, cela ne l'a pas empêché de vivre des choses horribles: "J'avais 20 ans quand c'est arrivé".

" En cinq semaines, le tournage a généré 19 M€ de dépenses dans la Région Hauts-de-France dont la moitié pour la seule Ville de Dunkerque ", ajoute Frédérique Bredin sur le site du centre. " " J'en ai perdu beaucoup " a ainsi confié Ken Stury avant d'ajouter qu'il pleurait surtout car il avait l'impression que la guerre ne serait jamais vraiment terminée".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL