Comment Nicolas Hulot veut financer "la préservation de la biodiversité"

Vanessa Beaulieu
Octobre 11, 2017

Centres commerciaux, bureaux, logement: chaque année, le béton avale les terres agricoles. En pleine guerre des prix dans l'agriculture, le ministre de la Transition écologique et solidaire jette un pavé dans la marre. L'information a été révélée par Le Parisien mercredi.

L'espion qui vous aimait (un peu trop) — Google Home Mini
Lorsque le journaliste lui demande ce qu'elle fait, l'enceinte ne répond qu'à moitié, qu'elle est en train de "s'entraîner". Le dysfonctionnement reposerait, semble-t-il, sur une panne de l'écran tactile de l'assistant.

Créteil. Il tente de défenestrer son ex-femme du 8ème étage
Cette dernière serait ainsi arrivée à temps pour empêcher l'homme en colère de jeter son ex-compagne du haut du 8e étage. Comme le relate la version en ligne du Parisien , le couple était en instance de divorce depuis quelques mois.

Les ouvertures de Sens commun vers Marion Maréchal-Le Pen font polémique
En cause: les propos du président de Sens Commun , Christophe Billan, dans une interview à la revue L'Incorrect . Le problème de Marion Maréchal-Le Pen reste le nom Le Pen et non la plupart de ses idées.

"J'étudie une nouvelle source de financement qui permettrait de lutter contre l'artificialisation des sols et de financer la préservation de la biodiversité", a-t-il expliqué au Parisien. Nicolas Hulot estime que la bétonisation est "une frénésie souvent injustifiée". "C'est une réflexion que j'ai proposée au Premier ministre, qui m'a invité à y travailler". Cette future contribution frapperait ainsi tous les projets de construction "aboutissant à l'artificialisation d'espaces naturels". Ces surfaces jouent pourtant "un rôle important dans l'équilibre climatique, la préservation de la biodiversité et notre souveraineté alimentaire", a développé le ministre.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL