Il y a un agresseur sexuel dans le Bureau ovale

Vanessa Beaulieu
Octobre 16, 2017

Le débat pendant la période présidentielle avait été l'un des plus violents de l'histoire américaine. Il faut dire que le producteur démocrate a été longtemps un fidèle donateur et soutien du clan Clinton. Il avait par exemple contribué à la candidature d'Hillary Clinton lors des récentes présidentielles. Cette dernière a d'ailleurs félicité les femmes qui ont pris la parole pour dénoncer les agissements de Harvey Weinstein.

Mais pour Hillary Clinton, il convient de ne pas s'arrêter au seul cas Weinstein.

Piotr Pavlenski a mis le feu à la Banque de France
Petr #Pavlenskiy sur son action devant la Banque de France. "La succursale ne sera pas ouverte jusqu'à nouvel ordre ". La renaissance de la France révolutionnaire déclenchera l'incendie mondial des révolutions ".

Oxygen OS : OnePlus va dorénavant collecter moins d'informations personnelles
Il faut, comme expliqué par la marque la semaine passée, se rendre dans les paramètres avancés du téléphone. C'est sur ce même espace de discussion que le fondateur de l'entreprise, Carl Pei, a tenté un mea culpa.

Un petit tremblement de terre ressenti cette nuit — Vendée
Selon le réseau national de surveillance sismique (RéNaSS), un séisme de 3,6 de magnitude s'est produit à 00h44. Le CEA, réseau d'étude de l'environnement, évoque pour sa part une magnitude de 3,4.

"Il est important de ne pas seulement se concentrer sur [Harvey Weinstein, ndlr] et sur ce qui va découler de ces histoires", a déclaré vendredi l'ex-secrétaire d'État démocrate. Nous devons reconnaître que ce genre de comportement ne peut être toléré dans aucun milieu, que ce soit dans le divertissement ou la politique. "Nous avons quand même quelqu'un qui a admis être un agresseur sexuel dans le bureau ovale".

Ce n'est pas la première fois que l'ancienne candidate s'en prend au président, qui le lui rend bien. Dans une vidéo datant de 2005 et exhumée le 8 octobre 2016 par le Washington Post, on pouvait entendre Trump se vanter de pouvoir "attraper les femmes par la chatte" grâce à sa célébrité et son argent. D'ailleurs, interrogée sur les accusations d'abus sexuels commis par son mari à l'époque, Hillary Clinton a répondu que des "conclusions avaient été tirées" à la suite d'une longue enquête et que tout cela "faisait partie du passé".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL