Police de sécurité du quotidien : que souhaite mettre en place Macron ?

Vanessa Beaulieu
Октября 18, 2017

Emmanuel Macron veut en effet mettre en place une police adaptée au besoin de chaque territoire.

Emmanuel Macron, qui a fait de la lutte contre le terrorisme une priorité de son quinquennat, va fixer mercredi le cap du gouvernement en matière de sécurité aux représentants des forces de l'ordre et de sécurité, en première ligne face un niveau de menace qui reste "très élevé" en France. Le chef de l'Etat n'a pas donné plus de détails sur les missions et le rôle de cette " police de sécurité du quotidien " (PSQ), mais a précisé qu'une concertation débuterait dès lundi.

" Des plans d'action seront établis par les préfets dans leur département " impliquant " de nombreux autres services de l'Etat " pour " prévenir les menaces et mettre en place des organisations pour identifier les comportements les plus à risques", a-t-il précisé.

En décembre, un comité interministériel se rencontrera afin d'"arrêter un nouveau plan national" contre la radicalisation, en dressant une "liste des territoires" qui feront l'objet d'une surveillance spécifique, a-t-il indiqué.

Читайте также: Le Conseil fédéral soutient Sion 2026 à hauteur de 1 milliard

Ces actions seront menées en " travail étroit avec les magistrats ". "Je ne prendrai pas la décision de déférer cette loi devant le Conseil constitutionnel".

Selon le président, la PSQ qu'il entend mettre en place, "n'est pas le retour à la police de proximité" instaurée par Lionel Jospin puis supprimée par Nicolas Sarkozy. La maire la socialiste Nathalie Appéré a envoyé un courrier en ce sens au ministre de l'intérieur Gérard Collomb. Préfets, gendarmes, policiers, chercheurs devraient se réunir en groupes de travail durant ces deux prochains mois, et le dispositif devrait être expérimenté pour le début de 2018 dans une quinzaine de sites.

Nice n'a pas été retenue parmi les villes expérimentales. Par ailleurs, il ne souhaite pas d'unités spécialisées dans les commissariats.

Plusieurs villes se sont déjà portées candidates: Lille, Roubaix, Lens, Toulouse ou encore Aulnay-sous-Bois, commune devenue, avec " l'affaire Théo ", le symbole d'un divorce entre police et jeunes dans les quartiers. Le président de la République est attendu au tournant, ce mercredi 18 octobre, concernant la réforme des forces de l'ordre qui se dévoile sur fond de menace terroriste persistante et grogne policière. "Nous accueillons mal, nous avons des procédures trop longues, nous intégrons approximativement et nous ne reconduisions plus ", a affirmé le chef de l'État, tout en reprenant la formule de l'ancien Premier ministre Michel Rocard pour qui "tout en prenant notre part, nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde ".

При любом использовании материалов сайта и дочерних проектов, гиперссылка на обязательна.
«» 2007 - 2018 Copyright.
Автоматизированное извлечение информации сайта запрещено.

Код для вставки в блог

Autres rapports

Discuter de cet article