Gabon-Zone CEMAC - suppression de visas pour les ressortissants d'Afrique centrale

Vanessa Beaulieu
Octobre 21, 2017

Après le Tchad et la République centrafricaine (RCA) qui ont récemment annoncé l'application de la libre circulation dans la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cemac), le Gabon leur a emboité le pas ce 20 octobre 2017.

"Sans préjudice du dispositif existant de l'e-visa et dans les missions diplomatiques et postes consulaires, ce régime spécial consiste en la délivrance des visas d'entrée dès le débarquement sur le territoire national", a précisé le gouvernement. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Le Parlement français a définitivement adopté le projet de loi antiterroriste
Le texte présenté par Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, est désormais définitivement adopté par le Parlement. Cette disposition est une disposition expérimentale qui devrait se dérouler jusqu'au 31 décembre 2020.

" L'État assumera l'évaluation et l'accueil d'urgence " annonce Édouard Philippe — Mineurs isolés
Selon la garde des Sceaux Nicole Belloubet, le Premier ministre devrait annoncer "un plan d'action très concret". Sur ce sujet des Allocations individuelles de solidarité (AIS), Edouard Philippe a également joué l'ouverture.

"L'OM a un meilleur palmarès que le PSG" — Emery
"J'ai beaucoup de respect pour toutes les équipes et l'OM , que ce soit dans l'histoire ou aujourd'hui, est une référence dans notre Ligue 1 ".

Après le Tchad et la Centrafrique, il y a quelques jours, le Gabon vient à son tour d'ouvrir ses frontières aux ressortissants de son espace économique sous-régional.

Désormais, une simple carte d'identité valable suffira pour se rendre en RCA. Toutefois, "les autorités compétentes du Gabon se réservent le droit de refuser l'entrée aux personnes n'ayant pas respecté le délai de séjour lors de leur précédent voyage et aux personnes considérées comme pouvant porter atteinte à l'ordre public, à la sécurité nationale ou à la santé publique".

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL