Sitôt libéré, l'opposant Alexeï Navalny repart en campagne — Russie

Vanessa Beaulieu
Octobre 22, 2017

Le principal opposant russe a été libéré dimanche après 20 jours de prison. "Salut! Je suis sorti" de prison, a écrit Alexeï Navalny sur son compte Instagram, avec une photo le montrant dans une rue.

Navalni veut se porter candidat à l'élection présidentielle prévue en mars de l'année prochaine en Russie, même si la commission centrale des élections l'a déclaré inéligible en raison d'une autre condamnation.

A bientôt 36 ans - l'âge minimal pour concourir est de 35 ans -, la fille de l'ancien maire de Saint-Pétersbourg Anatoli Sobtchak, dont Vladimir Poutine fut l'adjoint, ne dépend d'aucun parti, mais entend incarner le vote " contre tous ".

Il espère ainsi rythmer la campagne électorale en vue du scrutin de 2018.

Assurance maladie: 30% des dépenses "pas pertinentes" pour Agnès Buzyn
Avec un credo: la volonté de mener des "réformes structurelles" pour "contrôler" la hausse des dépenses de santé liée au vieillissement de la population.

Guardiola évoque le cas Benjamin Mendy — Angleterre Manchester City
Des mots qui ont fait plusieurs tours dans la tête de José Mourinho, qui n'a pas tardé pour remettre les choses au clair. Manchester City est la dernière équipe de Premier League encore invaincue.

Emery l'avoue, l'OM est toujours au-dessus de Paris — PSG
En Belgique, il avait déjà récupéré quatre des cinq indisponibles du week-end précédent et l'entraîneur parisien a fait le point sur ses troupes: " On a à bien récupérer de ce match, j'espère qu'ils sont bien et qu'ils ont repris des forces ".

À moins de six mois du scrutin, pour lequel Vladimir Poutine ne s'est pas encore officiellement déclaré candidat, l'opposant devrait en effet continuer à multiplier les déplacements et les manifestations pour élargir sa base électorale, essentiellement concentrée à Moscou. Malgré l'indifférence des médias nationaux, ses meetings interdits ont rassemblé en mars et en juin des dizaines de milliers de personnes, souvent très jeunes, malgré les risques de se faire arrêter. La justice russe lui avait en fait reproché ses appels répétés à des manifestations non autorisées, à commencer par celle du samedi 7 octobre, date des 65 ans du président russe Vladimir Poutine.

Navalny, qui a ouvert des dizaines de bureaux en province dans la foulée de ces succès, est souvent la cible d'agressions.

Résolu à mener campagne contre Vladimir Poutine, Alexeï Navalny doit maintenant composer avec un autre coup de théâtre survenu pendant sa détention: l'annonce mercredi soir de la candidature de Ksenia Sobtchak, une vedette de télévision proche de l'opposition.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL