HERAULT - Forte hausse des intoxications graves par des champignons

Henri Michaux
Octobre 23, 2017

Pour rappel, la moyenne annuelle est d'une vingtaine de cas graves. Dans son dernier rapport publié vendredi 20 octobre, la Direction générale de la santé (DGS) déplore 32 intoxications graves depuis le mois de juillet, dont un décès.

La direction Générale de la santé, les centres antipoison, la DGS (direction générale de la santé), l'ANSES (agence nationale de sécurité sanitaire alimentaire) ont transmis un communiqué pour mettre en garde les consommateurs de champignons.

En cette période de récolte, l'apparition de tout symptôme associé à une consommation de champignons sauvages possiblement toxiques doit faire l'objet d'un appel au centre antipoison et/ou d'une consultation médicale dans des délais brefs.

"Sur les 32 cas, 20 correspondent à un "syndrome phalloïdien", caractérisé par des signes digestifs survenant en moyenne 10h à 12h après la consommation de champignons et qui peut être à l'origine d'une atteinte hépatique mortelle en l'absence de traitement". D'ailleurs, "deux cas ont nécessité une greffe hépatique et un troisième cas est décédé", précise le communiqué. Les champignons responsables sont les amanites phalloïdes, printanières, vireuses, certaines petites lépiotes brunes et les galères.

L'ESS OUT — Ligue des Champions
Après cette victoire, le club Egyptien affrontera le Marocain Widad de Casablanca en final. L'Étoile a marqué deux buts grâce à Rami Bedoui à la 51' et Iheb Msakni à la 90'.

Premier League. Tottenham brille et écrase Liverpool
La victoire de Tottenham n'a pas été longue à se dessiner puisque les Londoniens menaient de deux buts dès la douzième minute. Les Spurs de Mauricio Pochettino figurent à la troisième place du classement, à cinq points du leader Manchester City .

Après une embellie en septembre, Macron chute dans les sondages
L'enquête a été réalisée en ligne et par téléphone entre les 13 et 21 octobre auprès d'un échantillon représentatif de 1938 personnes.

Les autorités sanitaires rappellent surtout qu'avant de consommer le fruit de sa cueillette, "il est indispensable de faire identifier sa récolte par un spécialiste": pharmacien, mycologue ou association de mycologie.

Dans les cas signalés, 94% des cas ont été provoqués par les champignons cueillis par des particuliers.

Photographier sa cueillette avant cuisson permet au centre antipoison d'identifier le champignon, en cas d'intoxication.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL