L'ANC se réunit pour choisir un successeur à Zuma — Johannesbourg

Aubin Brasseur
Décembre 16, 2017

Des milliers de délégués du Congrès national africain (ANC) au pouvoir en Afrique du Sud se sont retrouvés samedi matin à Johannesburg.

Lors de sa campagne, il a dénoncé la corruption du clan Zuma. À deux ans d'élections générales qui s'annoncent délicates, le parti est en perte de vitesse.

'Le niveau de chômage, particulièrement chez les jeunes, ne plaide pas en notre faveur', a-t-il concédé. Les gens sentent que le parti est corrompu, son âme déchirée.et met les intérêts des dirigeants avant celui du peuple... l'ANC s'est rendu compte qu'elle s'est mis à dos une partie de la population et qu'elle pourrait perdre les élections de 2019. Le vainqueur - qui devrait être désigné dimanche - se retrouvera en bonne position pour devenir le prochain chef de l'Etat.

Quatre jeunes percutés par un train TER à Lille
Des agents de la SUGE (Sûreté générale) ont porté les premiers secours, indique La Voix du Nord . D'après une source policière, les victimes sont des jeunes gens âgés entre 18 et 20 ans.

5 nouveaux lots de lait Lactalis rappelés — Salmonelles
Il annonce également la création d'une association de " parents victimes de la contamination du lait infantile à la salmonelle ". Suite aux nombreuses contaminations aux Salmonelles, un papa déposera plainte lundi contre Lactalis .

La Corée du Nord doit cesser son " comportement menaçant ", dit Tillerson
Guterres a rappelé sa disponibilité à servir de médiateur dans cette crise. Rex Tillerson, à Ottawa mardi 19 décembre 2017 .

Cette bataille a profondément divisé et affaibli le parti, dont la popularité a chuté à cause de la crise économique et des accusations de corruption qui visent l'actuel chef de l'Etat. "Son héritage est désastreux", a déclaré à l'AFP Tefu Velaphi, 38 ans, un militant de la province du Gauteng (Johannesburg et Pretoria). 'Il ne s'intéresse qu'à lui et à ses amis', a-t-il ajouté, 'lorsque Cyril sera élu, le pays va se remettre au travail'.

Face à lui, l'ancienne ministre et patronne de l'Union africaine (UA) Nkosazana Dlamini Zuma, 68 ans, insiste sur la "transformation radicale de l'économie" au profit de la majorité noire, un thème très cher à Jacob Zuma. Ses critiques la soupçonnent d'avoir promis l'immunité judiciaire à Jacob Zuma, le père de ses quatre enfants. "J'ai fait de mon mieux", a-t-il plaidé avant de quitter la tribune, "je suis convaincu que l'ANC va traverser les courants et les tempêtes pour en ressortir encore plus puissant". "C'était un très bon discours centré sur l'unité du parti", s'est réhjoui l'un d'eux, Isaac Tshukudu.

Les quelque 5200 délégués réunis à Johannesburg devraient entamer les opérations de vote par la proclamation des candidats dès samedi après-midi, pour des résultats espérés dimanche. L'issue du scrutin risque de peser sur la suite de son mandat de chef de l'Etat.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL