Le travail de nuit augmente le risque de cancer chez la femme

Henri Michaux
Janvier 9, 2018

Selon la revue American Association for Cancer Research, les salariées travaillant de nuit seraient exposées à un risque accru de cancers du sein, gastro-intestinaux et de la peau notamment.

Des chercheurs de l'Université du Sichuan, en Chine, ont compilé les résultats de 61 études mettant en lumière un éventuel lien entre le travail de nuit et la survenue d'un cancer. Les conclusions de cette étude montrent une augmentation de 19% du risque de cancer pour les femmes travaillant de nuit pendant plusieurs années. Selon eux, cela pourrait indiquer que ces femmes avaient des niveaux d'hormones sexuelles plus élevés, ce qui accroît le risque de cancer mammaire. Il est de 32% pour le cancer du sein, et de 18% pour celui de type gastro-intestinal.

Les chercheurs ont également indiqué que l'accroissement du cancer du sein n'a été constaté que chez les femmes travaillant de nuit en Amérique du Nord et en Europe. Puis, ils ont mené une autre analyse sur le travail de nuit à long terme et le risque de six types de cancers chez les infirmières.

Le nombre de passagers d'Air France-KLM en hausse en 2017
KLM ( Air France, KLM , HOP!, Transavia) affiche un nombre de passagers en hausse de 2,6% à 7,4 millions de passagers, en décembre 2018.

Un mort lors de nouveaux troubles sociaux en Tunisie
Le ministère de l'Intérieur a démenti qu'il a été tué par la police, soulignant qu'il ne portait aucune marque de violence. Un homme de 43 ans est mort à Tébourba , à une quarantaine de kilomètres à l'ouest de Tunis.

PSA vise 1.300 ruptures conventionnelles collectives et 1.300 CDI en 2018
A l'inverse, Jean-Pierre Mercier ( CGT ) a qualifié le projet d'"inacceptable" alors que " PSA est riche à milliards". Le projet sera examiné en comité central d'entreprise le 19 janvier pour une mise en oeuvre courant février.

Les infirmières, qui travaillaient en quart de nuit présentaient un risque accru de cancer du sein (58%), gastro-intestinal (35%) et pulmonaire (28%) comparativement à celles qui ne travaillaient pas la nuit. Ils ont deux hypothèses: le travail d'infirmières peut souvent être plus intense la nuit, mais il est aussi possible qu'elles se soumettent plus souvent à des examens médicaux de par leurs connaissances.

Elément surprenant, les auteurs ont observé un risque de cancer du sein uniquement chez les travailleuses nord-américaines et européennes.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL