Non-lieu en faveur du suspect Hassan Diab — Attentat Copernic

Vanessa Beaulieu
Janvier 13, 2018

Le seul et unique suspect de l'enquête sur l'attentat devant la synagogue de la rue Copernic (XVIe arrondissement) à Paris en octobre 1980, Hassan Diab, a bénéficié d'un non-lieu, à l'issue de l'instruction, a appris France Inter de source proche du dossier, vendredi 12 janvier.

Les juges d'instruction ont ordonné vendredi l'abandon des poursuites engagées contre le Libano-Canadien de 64 ans, estimant que les charges "ne sont pas suffisamment probantes", une décision contraire à l'avis du ministère public qui avait requis en novembre son renvoi devant les assises. Dans leur ordonnance, les magistrats mettent en lumière "un certain nombre d'éléments (.) qui permettent d'estimer qu'Hassan Diab se trouvait vraisemblablement au Liban pendant cette période " et ne pouvait donc ni avoir confectionné ni posé l'engin explosif, caché sur une moto.

Les numéros du magicien bloqués par La Française des Jeux — Loto
Devant ce déferlement d'enthousiasme, la Française des Jeux a tout simplement retiré les numéros du tirage. Ils pensaient pouvoir décrocher au loto la cagnotte de 2 millions d'euros mise en jeu lundi 8 janvier.

Enlèvement du petit Tizio à Toulouse : la maman défend le papa kidnappeur
Ce jeudi 11 janvier, la mère de Tizio a tenu à s'exprimer pour la première fois sur cette affaire par la voix de son avocate. Le père, âgé de 33 ans, avait déjà perdu un enfant en bas âge il y a un an.

Gabriel Jesus sort sur blessure en première période
Mais dans une rencontre engagée, Jesus se blessait rapidement (11e) et cédait peu après sa place, en larmes, à Agüero . A Crystal Palace , les Sky Blues ont été tenus en échec (0-0) et ont même perdu deux joueurs sur blessure.

Ce dernier a d'ailleurs toujours assuré qu'il était à Beyrouth au moment des faits pour passer ses examens à la faculté. Il avait demandé à plusieurs reprises, ainsi qu'un juge des libertés et de la détention, sa remise en liberté, avec assignation à résidence et port d'un bracelet électronique. C'est alors la cour d'appel de Paris qui tranchera. Quant aux portraits-robots, un autre suspect, qui lui n'a jamais été poursuivi, leur "ressemble au moins autant, sinon plus".

Près de quarante ans après les faits, les magistrats ont prononcé un non-lieu en faveur d'Hassan Diab, qui a passé plus de trois ans en détention provisoire.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL