Trump envisage une grâce posthume pour Mohamed Ali

Vanessa Beaulieu
Juin 10, 2018

M. Ali a refusé de rejoindre les rangs de l'armée pour la guerre du Vietnam, en se décrivant comme un objecteur de conscience. À une question sur les possibles futures grâces, le locataire de la Maison-Blanche a déclaré: "Je pense à Mohamed Ali". Il avait avancé des raisons religieuses et sa réticence à aller affronter des populations lointaines qui ne lui avaient personnellement rien fait.

Il s'était en conséquence vu retirer son titre de champion du monde et avait été condamné pour insoumission, à une époque marquée par le Mouvement des droits civiques, dont Ali était l'une des personnalités les plus en vue. Et le président Jimmy Carter avait offert une amnistie générale à tous ceux qui avaient refusé de servir au Vietnam. Le geste de Donald Trump ne serait donc que très symbolique, deux ans après le décès du boxeur.

"Nous apprécions cette pensée du président Trump, mais une grâce est inutile", a réagi l'avocat Ron Tweel, en rappelant l'arrêt de la Cour suprême.

Roland-Garros: la délivrance de Simona Halep
L'Américaine, victorieuse à Miami en mars dernier, n'aura pas tout perdu puisqu'elle grimpera à la 4e place mondiale lundi. Sa mauvaise habitude de craquer dans les grands rendez-vous (16 victoires pour 14 défaites avant samedi) planait encore.

L'ambassadeur américain en Allemagne accusé d'ingérence
Grenell de se comporter comme " un officier colonial d'extrême droite ". Il entend " soutenir " la droite dure en Europe.

Lady Gaga et Bradley Cooper chantent ensemble au cinéma dans
Pour le nouveau remake de ce classique hollywoodien, on retrouve Bradley Cooper et Lady Gaga qui se donnent la réplique. En l'introduisant au monde entier, Jackson fera face à ses démons, au risque de tout perdre... y compris Ally .

La grâce est un droit régalien que la Constitution des États-Unis confère à son président. Depuis son arrivée au pouvoir, Donald Trump en a usé à plusieurs reprises, notamment pour satisfaire ses soutiens de la première heure.

Cette disposition a déjà permis à M. Trump de faire libérer, mercredi, Alice Johnson, une femme de 63 ans qui avait été condamnée à la perpétuité pour un délit de trafic de drogue.

Récemment, le président américain a pris le contrepied en réhabilitant un autre boxeur, Jack Johnson, premier Noir champion du monde des poids lourd en 1908, et qui fut emprisonné pour des motifs racistes.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL