Tensions commerciales et diplomatiques au G7

Aubin Brasseur
Juin 11, 2018

D'un tweet rageur, Donald Trump s'est désolidarisé à la surprise générale samedi soir du communiqué final négocié de haute lutte au sommet du G7 au Canada, qualifiant l'hôte Justin Trudeau de "très malhonnête et faible " pour avoir jugé les tarifs américains "insultants ". Le président américain a retiré, samedi, le soutien des Etats-Unis au communiqué final du sommet alors qu'un accord avait été trouvé entre les pays (Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Japon) dans un document de 28 points sur le commerce.

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi que les discussions organisées dans le cadre du sommet du G7 permettraient d'aboutir à "du très positif" concernant les questions commerciales, malgré les différends entre les Etats-Unis et les "Six".

"Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a joué le doux et docile durant nos réunions au G7 pour ensuite donner une conférence de presse une fois que j'étais parti en disant "Les taxes US sont presque insultantes" et "Nous ne nous laisserons pas malmener". Pire, le semblant d'entente entre les Etats-Unis et les autres puissances mondiales risque de connaître un nouvel épisode difficile. Donald Trump vise en particulier les taxes européennes sur les importations de voitures en provenance des pays hors UE qui s'élèvent à 10%, quand les droits de douanes américains ne s'élèvent qu'à 2,5%.

Le principal conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, estime que Justin Trudeau est responsable de l'échec du Sommet du G7.

Le président américain, la tête à sa rencontre mardi prochain à Singapour avec le leader nord-coréen Kim Jong Un, est ainsi arrivé avec plus d'un quart d'heure de retard samedi pour un petit-déjeuner de travail consacré à l'égalité entre les sexes.

Taxes. Retour sur trois mois de tensions avec les États-Unis
Au G7, débuts prudents pour Giuseppe Conte, adoubé par Trump

Donald Trump a mis en garde les partenaires tentés de répondre à ses taxes: "S'ils répliquent, ce sera une erreur", a-t-il dit, alors même que l'Union européenne ou le Canada ont confirmé des tarifs douaniers de représailles, dès juillet.

Le chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, dont les propos ont été diffusés à la télévision russe, a pour sa part déclaré que Moscou n'a "jamais demandé à revenir" dans le G8. Nous avons passé deux jours à avoir un texte et des engagements, nous nous y tenons. "Soyons sérieux et dignes de nos peuples", a commenté l'Élysée ce dimanche auprès de franceinfo. "Le premier ministre n'a rien dit qu'il n'avait pas déjà dit auparavant, autant publiquement qu'en conversations privées avec le Président Trump ".

Malgré les sourires des dirigeants à la fin du sommet, le G7 a donc été dynamité par un Donald Trump qui goûte bien plus la confrontation bilatérale brutale que les longues négociations multilatérales.

Les Etats-Unis sont le premier marché étranger pour les marques européennes de voitures. Le président français a souligné que la France pratiquait le libre-échange avec l'Allemagne, mais qu'elle avait quand même un déficit commercial avec sa voisine.

Lors d'une rencontre informelle, Donald Trump a félicité Giuseppe Conte pour la "grande victoire électorale" et l'a invité à la Maison Blanche. Dans l'immédiat, la Russie est de toute façon plutôt occupée à accorder ses violons avec la Chine et l'Iran, à l'occasion de la réunion annuelle de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Amical : Le Maroc file en Russie avec confiance
C'est d'abord Belhanda qui ouvrait la marque après un bon débordement de Boussoufa et une déviation d'El Kaabi (0-1, 11e). Néanmoins, Munir faisait le boulot en intervenant à plusieurs reprises devant les quelques offensives estoniennes.

Cinéma : Romy, la belle éternelle, dans "3 jours à Quiberon"
Elle a surtout tenu à mettre les choses au clair: " La chose la plus grave selon moi, c'est qu'on la fait passer pour une alcoolique .

Al Pacino rejoint Brad Pitt et Leonardo DiCaprio dans le prochain Tarantino
Le casting du prochain film de Quentin Tarantino " Once upon a time in Hollywood " ne cesse de s'enrichir. Quoi qu'il en soit, avec un tel casting, on est en droit à s'attendre à un film d'exception.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL