Le transsexualisme ne doit plus être considéré comme un trouble mental

Henri Michaux
Juin 19, 2018

(Photo d'illustration François Destoc) L'OMS a annoncé ce lundi que l'addiction aux jeux vidéo est désormais reconnue formellement comme une maladie.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) vient de classer l'addiction aux jeux vidéo comme faisant partie des pathologies mentales, rejoignant ainsi les dépendances à l'alcool ou encore aux drogues dures à la classification internationale des maladies (CIM-11).

Par conséquent, nous nous inquiétons de constater que le terme 'trouble du jeu vidéo' est encore présent dans la dernière version de la CIM-11 de l'OMS, et ce, malgré une forte opposition de la part des communautés médicales et scientifiques.

Colombie-Japon, les compos — CdM
Le Japon avait certes la situation bien en mains après le repos, mais sans pour autant mener à la la marque. Les "Cafeteros", poussés par leurs milliers de supporters, ont réussi à égaliser par Quintero (39e).

Emilia Clarke fait ses adieux à Game of Thrones
Selon " IndieWire ", chaque épisode coûterait la "modique" somme de 15 millions de dollars. La production de Game of Thrones touche à sa fin.

OM - Mercato : Benfica, 2 difficultés déjà signalées dans le dossier Pizzi
L'OM resterait attentif à la situation de Luis Miguel Alfonso Fernandes dit " Pizzi ", lequel évolue au Benfica. L'OM fait du renfort de son attaque et de sa défense la priorité de son recrutement estival certes.

S'ils ne nient pas l'impact des jeux vidéo sur la vie personnelle de certains joueurs compulsifs et reconnaissent l'importance d'études plus poussées sur la question, ils considèrent que les preuves manquent pour faire de l'excès de jeu vidéo une véritable pathologie.

Un comportement lié à la pratique des jeux vidéo ou des jeux numériques, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité accrue accordée au jeu, au point que celui-ci prenne le pas sur d'autres centres d'intérêt et activités quotidiennes, et par la poursuite ou la pratique croissante du jeu en dépit de répercussions dommageables.
Au sein de la section consacrée aux troubles mentaux liés aux comportements addictifs, on trouve un nouvel entrant aux côtés des jeux d'argent: le jeu vidéo.

En outre, pour qu'un diagnostic puisse être établi, l'OMS précise que ce comportement extrême doit avoir des conséquences sur les "activités personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles", et "en principe, se manifester clairement sur une période d'au moins 12 mois". Mais le trouble ne touche qu'une " petite minorité ", a souligné le responsable de l'OMS, rappelant que " nous ne disons pas que toute habitude de jouer aux jeux vidéo est pathologique ". "La personne joue tellement que d'autres centres d'intérêt et activités sont délaissées, y compris le sommeil et les repas", a expliqué Shekhar Saxena.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL