Brexit : les six propositions majeures du Royaume-Uni pour sortir de l'Europe

Aubin Brasseur
Juillet 10, 2018

Sous le feu des critiques d'entreprises et de parlementaires, et jusque dans sa propre majorité, le gouvernement britannique continuait de défendre dimanche sa proposition pour une relation commerciale post-Brexit étroite avec l'UE, respectant la "responsabilité collective" imposée par la Première ministre Theresa May.

"Londres propose de créer une zone de libre échange entre le Royaume-Uni et l'UE avec un ensemble de règles communes pour les biens industriels et les produits agricoles", déclare Theresa May dans ce document.

Lundi après-midi, le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a suivi la même voie, peu avant que Mme May ne prenne la parole devant les députés britanniques pour exposer son plan adopté vendredi soir lors d'une réunion de son gouvernement dans sa résidence de campagne de Chequers, à 70 km au nord-ouest de Londres.

La proposition britannique prévoit en revanche que le secteur des services fasse l'objet "d'arrangements différents", par rapport aux biens, pour conserver une "souplesse" de fonctionnement, notamment vis à vis des marchés hors UE.

" Nous avons également convenu d'un nouveau modèle douanier favorable aux entreprises avec la liberté de conclure de nouveaux accords commerciaux dans le monde entier", a ajouté la Première ministre conservatrice. Cette question constitue le principal point d'achoppement des négociations en cours et une inquiétude majeure pour les habitants de l'île.

Pour le député conservateur Iain Ducan Smith, la proposition gouvernementale ne permet pas de quitter l'union douanière et le marché unique européens, contrairement à la promesse faite par Theresa May de sortir le Royaume-Uni de ces deux plateformes. Mais, alors que la date fatidique se rapproche, il souligne aussi la nécessité d'"intensifier" le travail de préparation pour faire face à tous les scénarios possibles - en particulier celui d'une éventuelle sortie de l'UE sans accord avec Bruxelles. 'C'est une nouvelle étape importante dans nos négociations avec l'UE (.) Mais évidemment nous avons encore beaucoup à faire avec l'UE pour nous assurer que nous allons arriver au bout en octobre', a-t-elle tempéré.

" Kylian Mbappé mérite déjà le Ballon d’Or ! " — Eden Hazard
Sur les ondes françaises Guy Roux a évoqué deux joueurs belges d'exceptions mais n'en a cité qu'un: Eden Hazard . Ce dimanche 8 juillet 2018, une partie de la une du journal Marca est consacrée à Eden Hazard .

Mondial: "Neymar Ciao", la presse brésilienne dit adieu à la sixième étoile
Les Diables peuvent-ils battre le Brésil de Neymar? La Belgique restait aussi très dangereuse en contre, avec Eden Hazard (61e). La Belgique , sans Thomas Meunier suspendu, jouera contre la France en demi-finales mardi (20h00) à Saint-Petersbourg.

L'évacuation compliquée de 12 enfants prisonniers dans une grotte — Thaïlande
Selon le bilan officiel, un premier groupe de quatre garçons a ansi réussi à sortir de la grotte dimanche soir. Le premier enfant libéré des profondeurs a pu être extrait de la grotte dimanche à 17h40 locales (10h40 GMT).

Theresa May a abandonné le "Brexit dur" qu'elle prône depuis deux ans, sans pour autant provoquer, au moins pour le moment, de fracture au sein de son gouvernement. Il s'agit d'un mauvais (plan) pour le Royaume-Uni', a déclaré dans un communiqué John Longworth, co-président du mouvement pro-Brexit Leave Means Leave.

Mais pour The Independent, convaincre ses ministres fut "la partie facile" de la mission de Theresa May: "maintenant la partie la plus difficile: trouver un accord avec l'Union européenne".

Face au risque de blocage, le chancelier autrichien Sebastian Kurz, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, a évoqué jeudi la possibilité de prolonger les négociations pour empêcher que le Royaume-Uni quitte l'Union sans accord de divorce.

A ses côtés, le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a dit: " nous voulons nous en tenir au calendrier établi. Nous allons opérer étape par étape'.

Tom Enders, le président exécutif de l'avionneur européen Airbus, s'est lui montré pessimiste sur l'issue des négociations.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL