Twitter lance la chasse aux comptes suspects

Vanessa Beaulieu
Juillet 10, 2018

Selon le Washington Post, ce seraient plus de 70 millions de comptes qui auraient été suspendus entre mai et juin. Difficile d'anticiper à quelle hauteur portera cette diminution, mais récemment, le réseau social annonçait qu'elle estimait que moins de 5% de ses utilisateurs actifs étaient des fake ou du spam, et moins de 8,5% utilisaient des outils automatiques (Buffer, Sociallymap [eux sont approuvés par Twitter et nous les utilisons au quotidien]) permettant de les qualifier de robots.

Le Wall Street Journal rapporte les chiffres de ce grand nettoyage.

Twitter annonce régulièrement de nouvelles mesures pour réduire les abus sur sa plateforme, comme la visibilité limitée de certains usagers toxiques.

8 adolescents extraits de la grotte inondée — Thaïlande
Ils se sont alors retrouvés piégés par la montée des eaux dans ce réseau situé à la frontière avec la Birmanie et le Laos. Le chef de la junte militaire, le général Prayut Chan-O-Cha, a accueilli le patron de SpaceX dans la grotte lundi soir.

PSG - La confidence troublante du père de Cavani
Parce que le groupe doit se manager pour que chacun remplisse sa fonction pour le groupe, pour l'équipe et pas pour les gens. Il a jugé que ce n'était " pas facile " sur le plan économique, pour un autre club, de dépasser l'écurie française.

Le gouvernement renonce à l'augmentation des prix des carburants — Haïti
Des personnes ont dressé de multiples barricades dans la capitale haïtienne, perturbant la circulation. Des contestataires appellent à une grève générale de deux jours à compter de ce 9 juillet.

Selon le quotidien américain, qui cite des données confirmées par le réseau social, le taux de suspension est en moyenne de plus d'un million par jour et a connu un pic à la mi-mai, quand plus de treize millions de comptes douteux ont été interrompus en une seule semaine. Les faux comptes continuent encore à tomber au même rythme depuis le début du mois de juillet. Par la suite, ces plateformes ont instauré des règles plus strictes pour la publicité politique, qui était très souvent diffusée par des comptes bots ou des comptes basés en Russie.

En février, la justice américaine a inculpé 13 ressortissants russes accusés d'avoir participé à "une guerre de l'information contre les Etats-Unis" sur les réseaux sociaux, en exacerbant les tensions raciales et politiques pendant la campagne électorale pour favoriser le candidat républicain Donald Trump et dénigrer sa concurrente démocrate Hillary Clinton. Ceux-ci seront tenus de prouver qu'ils sont installés aux USA à l'aide de documents authentiques.

Autres rapports Monde Information

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL